Le frelon asiatique est à la Robertsau… (et c’est inquiétant)

Le frelon asiatique est à la Robertsau… (et c’est inquiétant)

Le frelon asiatique est la bête noire des apiculteurs. Sa présence à la Robertsau n’est pas à prendre à la légère. 

Publicité

 

Vous pouvez voir le nid dans l’arbre (boule noire au-dessus de la flèche du clocher)

Un lecteur du Blog de la Robertsau vient de nous signaler la présence d’un nid de frelons asiatiques en face de la mairie de quartier de la Robertsau, rue Boecklin. Des riverains ont alerté la mairie il y a une quinzaine de jours, qui a répondu “ce n’est pas possible, il n’y a pas de frelon asiatique en Alsace”. Édifiant…

Selon l’inventaire National du Patrimoine Naturel

“Le frelon à pattes jaunes, Vespa velutina, est un frelon invasif d’origine asiatique dont la présence en France a été signalée pour la première fois dans le Lot-et-Garonne en 2006. Les individus acclimatés en France appartiennent à la variété nigrithorax, dont la coloration est à dominante brune. Ils sont issus de femelles fondatrices qui auraient été introduites avec des poteries importées de Chine par un horticulteur. Ce dernier avait en effet remarqué la présence du frelon autour de sa propriété dès 2004. L’insecte s’est depuis largement répandu ; il a envahi plus de la moitié de la France, et a atteint d’autres pays (Espagne, Portugal, Belgique, Italie, Allemagne, Angleterre).”

Les abeilles en danger, mais également les papillons…

“Comme les autres frelons, Vespa velutina est un prédateur généraliste qui s’attaque à une très grande variété de proies. Outre les abeilles, il s’attaque aux insectes de très nombreux ordres et notamment aux guêpes, mouches, papillons ainsi qu’aux araignées (Muller et al., 2009 ; Rome et al., 2011b ; Muller et al., 2013). Il prélève aussi de la viande sur des cadavres de vertébrés ou sur les poissons et crevettes exposés aux étals des marchés”.

Le nid est juste en face des fenêtres des habitations…

Un nid vide, mais une centaine de reines dans la nature

Le nid que l’on peut voir rue Boecklin est vide. Mais d’après un apiculteur, les ouvrières seraient parties depuis quelques semaines avec une centaine de reines… (même si on peut estimer que seuls 10% survivront à l’hiver) qui vont à leur tour faire d’autres nids en février comme celui là… Pas très rassurant. 

La vigilance reste de mise, particulièrement au printemps… Le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel préconise de prévenir la mairie ; encore faut-il qu’elle soit réactive. 

“Si vous trouvez un nid, adressez-vous à votre mairie qui sera mieux à même de vous réorienter vers l’organisme local de lutte. Certaines administrations locales peuvent prendre en charge une partie de la destruction. Merci de penser également à remplir le formulaire de signalement pour la prise en compte de votre observation dans notre inventaire (voir fiche INPN).”

Bon, dans le cas présent on constate que prévenir la mairie n’est pas très efficace. Vu la proximité d’une école avec la localisation du nid, peut-être que les pompiers se seraient déplacés. En tout cas, restons vigilant.

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité