Lieu d'Europe : Kartier Nord rappelle sa vision

Lieu d'Europe : Kartier Nord rappelle sa vision

Sur son site internet, Kartier Nord rappelle sa vision pour réussir le lieu d’Europe à Strasbourg. Une manière diplomatique de dire que le projet présenté ne leur plait pas totalement et pour rappeler à qui de droit qu’ils ont su depuis 3 années  animer avec ambition ce lieu. Voici leur texte : Pour réussir le…

Publicité

kartiernord

Sur son site internet, Kartier Nord rappelle sa vision pour réussir le lieu d’Europe à Strasbourg. Une manière diplomatique de dire que le projet présenté ne leur plait pas totalement et pour rappeler à qui de droit qu’ils ont su depuis 3 années  animer avec ambition ce lieu.

Voici leur texte :

Pour réussir le lieu d’Europe à Strasbourg

Né de demandes citoyennes de nature différente, mais animées d’un attachement commun à l’idée européenne, le futur « lieu d’Europe »apparaît tenir du paradoxe… Il pourrait cependant tirer sa dynamique de ses contradictions assumées ; ne serait-ce pas là le propre de la démocratie ?

– Faut-il tabler sur une approche touristique, autour d’un grand ensemble muséal didactique dédié à l’histoire de l’Europe, à ses institutions et répondre ainsi au « manque d’accessibilité » pour le citoyen ? Ou alors prêter vie à l’Europe, en montrant ses capacités de recherche, de création, des expériences inédites et innovantes, son action sociopolitique et culturelle ?

La contribution de Kartier Nord a été jusqu’ici certes louée, mais au constat pas assez comprise et peu prise en compte. L’association souhaite réaffirmer ici sa vision du lieu d’Europe et s’engager encore pour voir « l’essai se transformer ».

  • Un lieu articulé qui intègre et irrigue la cité, qui défend une pratique par laquelle dedans et dehors communiquent, au lieu de s’exclure.
  • Indépendant, il coopère avec un réseau de partenaires dont les institutions européennes et internationales. Dans la complexité des réseaux, il établit des points de croisements qui lui sont essentiels. Il est en connexion active avec les questions les plus contemporaines.
  • C’est aussi une idée nomade, en mesure de se déplacer, qui peut se greffer sur d’autres lieux et diffuser là où il n’est pas attendu.
  • Sensible et exposé à un dehors, il induit nécessairement une relation spécifique au parc. Comprendre le parc comme un lieu toujours ouvert, décentré, au sens d’un jardin en mouvement, qui se construit en prenant en compte sol et environnement existants.
  • Un espace expérimental pour penser, pratiquer et élargir les frontières, les dépasser (transversalité). Espace aux temporalités complexes, qui pense l’éphémère et le pérenne, l’expérimental et le patrimonial.
  • Il est actif pour susciter des projets et faire émerger des formats culturels et sociaux qui n’existent pas encore. Il organise des séminaires, tables rondes, débats et invite des acteurs qui inventent l’Europe de demain en relation au monde à venir.
  • Il articule le vivant et le réflexif – art et archives – recherche, création et transmission. Ateliers, débats, spectacles, résidences et collections fantasmées, naissent directement d’une réflexion bousculant les rapports établis entre les institutions, le public, la création et ses territoires physiques ou imaginaires.
  • En parallèle, le lieu d’Europe accueille en son site et/ou soutient hors le site des demandes de résidence émanant de créateurs, plasticiens, ciné/vidéastes, personnalités politiques metteurs en scène, musiciens, amateurs et philosophes, chercheurs, critiques et commissaires, écrivains… en résonance ou interférence opportune avec les projets du lieu d’Europe. Les aides peuvent s’échelonner du simple prêt d’atelier à l’accompagnement financier, technique, logistique et contextuel.
  • Un musée de l’Europe, pourquoi pas ? Mais alors un musée qui ne soit pas seulement un espace d’accumulation et de représentation « authentiques ». Un espace qui stimule le désir de connaître et qui respecte un équilibre entre ses différentes fonctions de conservation, création, recherche, exposition, diffusion, sensibilisation, médiation. Des chercheurs, des collectionneurs, des commissaires d’exposition, des artistes, des habitants, participent à la vie du musée, ils l’inventent en créant des points de vue singuliers.
  • Le CIIE peut y trouver fonction et potentiel de diffusion. Les étudiants en désir de partance, en stage, en échange ou retour d’échange (Erasmus), en seront les interlocuteurs, acteurs et courroies de transmissions privilégiés.

 

http://kartiernord.canalblog.com

 

Lettre d’information

La Robertsau en image

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité