Le port et la ville

Le port et la ville

Nous publions ici une tribune de Jean-Daniel Braun sur le port au pétrole. “Le projet d’usine de biocarburants de deuxième génération à partir de biomasse bois, porté par la Société UPM, sur le site de Stracel au port autonome de Strasbourg, vient d’être transmis par le gouvernement français à la Commission européenne, en vue de…

Publicité

Nous publions ici une tribune de Jean-Daniel Braun sur le port au pétrole.

“Le projet d’usine de biocarburants de deuxième génération à partir de biomasse bois, porté par la Société UPM, sur le site de Stracel au port autonome de Strasbourg, vient d’être transmis par le gouvernement français à la Commission européenne, en vue de son financement dans le cadre de l’appel à projets innovants pour les énergies renouvelables. Cet équipement doit impérativement être implanté sur le terrain Stracel pour être rentable. En effet la vapeur et l’électricité, sous produits du process, seront utilisées par l’usine actuelle de Stracel.

Nos élus municipaux soutiennent ce projet qui permet le développement du site avec environ 50 nouveaux emplois directs et 200 emplois indirects pour l’approvisionnement en bois, 1 million de tonnes par an. Cet approvisionnement sera assuré principalement par camions, générant un trafic de 150 poids lourds/jour. L’évacuation des produits finis est prévu vers le port aux pétroles, augmentant d’autant les capacités de stockage, qui doivent être également accrues en raison de la fermeture de la raffinerie de Reichstett..

Cette future installation relèvera bien entendu d’un classement en risques SEVESO, d’autant que les stockages de produits dangereux s’ajouteraient à ceux déjà existants dans l’usine actuelle.

Dans un rayon de moins de 1000m, se construisent actuellement plusieurs centaines de logements, lotissement Bruckhof. De l’autre coté de la rue Aristide Briand, encore plus près du site Stracel, est également prévu la construction d’un nombre important de logements. Au sud du terrain dit Starlette, est prévu la construction d’une clinique de plusieurs centaines de lits. Enfin un important programme de logements est proche de la réalisation sur le site de l’ancien hôtel Mercure. Il faut encore ajouter les milliers de m² récents destinés à la logistique et les nombreuses PME plus anciennes, installés sur des terrains adjacents à celui de Stracel.

Interrogée sur le manque de cohérence de ces constructions par rapport au projet UPM classé SEVESO, Madame Trautmann, au cours de la dernière réunion du Conseil d’orientation du Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles Strasbourg – Kehl (SPPPI) a reconnu qu’il y avait là un problème. «  Il faudra trouver une solution dès que l’étude sera finalisée » Le rôle des Politiques n’est-il pas de prévoir, et non de se trouver devant des situations irréversibles de leur fait ?

En cas d’accident majeur dans cette future installation, qui n’existe aujourd’hui qu’au stade de prototype de laboratoire, nos édiles et l’État ne pourront pas dire « nous ne savions pas ». Leurs responsabilités seront totalement engagées. Il est encore temps qu’ils prennent conscience de la légèreté avec laquelle sont traitées ces questions vitales pour la quiétude des futurs habitants.

Ce projet permet de reposer la question du port autonome de Strasbourg et du port aux pétroles. Est-il cohérent de développer de tels équipements au cœur même de la conurbation Strasbourg – Kehl ? Les risques industriels, les rejets toxiques dans l’atmosphère, la circulation poids lourds induits par ces activités, sont -ils acceptables à proximité immédiate de zones d’habitation ? Nous sommes parfaitement conscient de la nécessité de l’activité économique, et de l’importance du port dans ce cadre, pour une grande agglomération comme celle de Strasbourg. Il ne peut être question de la fermeture brutale de ces sites. Mais il est temps de préparer l’avenir et de proposer, voir inciter, les nouvelles implantations, à s’installer sur un nouveau site présentant un minimum d’inconvénients. D’importants investissements coûteux et inutiles sont prévus, tunnel sous la RN4, liaison inter ports, remise en service de la route dite EDF, nouvel accès aux zones de loisirs, sans rien régler.

Ce nouveau site existe. C’est celui de l’ancienne raffinerie de Strasbourg sur le territoire des communes de Drusenheim et Herrlisheim. Plus de 200 hectares à l’écart des habitations, accès direct au Rhin par une darse existante, raccordement fer existant, accès direct à l’autoroute et rétablissement possible de la liaison par pipeline à la chambre à vannes de La Wantzenau. Un arrêté de 1997 a imposé la réhabilitation du site et les travaux ont été conduits en plusieurs phases. A ce jour la base de données BASOL sur les sites et sols pollués du Ministère de l’Écologie, indique qu’au vu des résultats favorables de la surveillance de la nappe, la société Raffinerie de Strasbourg a déposé en mai 2010 une demande de levée de l’obligation de surveillance.

Rien ne semble donc plus s’opposer à l’acquisition de ces terrains qui pourraient représenter une occasion unique de proposer une implantation rationnelle aux industriels en quête de localisation performante. Strasbourg montrerait ainsi sa volonté d’être un partenaire tourné vers l’avenir des activités économiques, au centre de l’Europe.

Le PPRT, Plan de protection des risques technologiques, en cours d’élaboration, prévoit que les installations non classées SEVESO, situées au port aux pétroles, devront déménager dans un avenir proche en raison des risques induits par les entreprises classées. En dehors de Prodair ce sont les cuves de stockage des différentes entreprises pétrolières qui sont concernées par ce classement. Comme nous l’avons déjà mentionné précédemment, l’activité de stockage et distribution de produits pétroliers va connaître un important développement du fait de la fermeture de la raffinerie de Reichstet et le cas échéant de l’usine projetée par UPM. Ne serait-il pas opportun d’inverser la situation, et de déménager le port aux pétroles et ses capacités de stockage ? Le site de l’ex raffinerie de Strasbourg à Herrlisheim – Drusenheim présente, dans ce cas, également de nombreux avantages. L’économie financière du maintien sur place des entreprises non classées SEVESO, et de la suppression des projets routiers, permettrait d’aider fortement à la création d’un port aux pétroles moderne.

Il nous semble que le rôles des femmes et des hommes politiques est de préparer l’avenir, et non de perpétuer le passé.”

Jean Daniel Braun

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité