L’aventure a un nom : Chemin du Grand Belzwoerth

L’aventure a un nom : Chemin du Grand Belzwoerth

Le chemin du Grand Belzwoerth est dans un tel état que l’on se demande si ce n’est pas une activité de la ville pour cyclistes en manque de frissons.

Publicité

Malgré son nom bucolique, le chemin du Grand Belzwoerth qui relie la route de la Wantzenau à la rue Kempf est devenu une « pénétrante est » pour les automobilistes des communes du nord qui veulent éviter le « bouchon de la Papeterie » aux heures de pointe. La voie est particulièrement empruntée le matin et devient presque, selon ses habitants, “une autoroute”.

Pourtant, le revêtement de la rue la fait ressembler à une route de campagne sibérienne après le dégel plutôt qu’à une artère de la capitale de l’Europe. Entre les nids de poule, les crevasses sont parfois rafistolées par des rustines de goudron qui confèrent à l’ensemble un relief bosselé qui met les amortisseurs à rude épreuve.

La ville laisse se dégrader la chaussée, dans sa partie « campagnarde », l’idée étant de ne pas créer un « aspirateur à voitures » en ne proposant pas  de meilleures conditions de circulation. Est-ce vraiment dissuasif ? On peut en discuter.

Cette stratégie fait une victime collatérale : comme souvent, c’est le cycliste qui est pénalisé. Ce trajet, qui devrait être charmant et pratique, par exemple pour se rendre à vélo au parc Pourtalès ou au CINE Bussière en venant du nord, devient éprouvant pour le matériel et… les fesses.

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Commentaires

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
En savoir plus
Publicité
Publicité