Les vélos comptent vraiment pour du beurre dans la tête des dirigeants de la CUS

Les vélos comptent vraiment pour du beurre dans la tête des dirigeants de la CUS

Les travaux sont toujours l’occasion de vérifier la véritable place du vélo à Strasbourg. Force est de constater que pour l’instant, les dirigeants de la CUS le considèrent comme un loisir et non un véritable moyen de transport. La preuve en image.

Vous prenez tranquillement une piste cyclable, quand tout à coup de magnifiques grilles se dressent devant vous : la piste est coupée. Des travaux de voiries sont peut-être nécessaires, mais pour les piétons comme pour les cyclistes, il n’y a pas d’alternative, pas de chemin bis.

Comme ici sur le pont de la Rose Blanche à la sortie de la Robertsau :

travaux_velo 1

Ou encore ici rue Pierre de Coubertin près de la piscine du Wacken. Même pas un panneau, pas d’alternative.travaux_velo 2

Suivez-nous !

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité

0 commentaires

  1. Guillaume Doan
    12 octobre 2015

    Que fait on alors ?? ACTION HIVERNAL => VELORUTION 6 ???

  2. Laüchsätzli
    12 octobre 2015

    Du coup, le trafic est reporté de l’autre côté, où la “piste cyclable” est étroite, insuffisante pour absorber un flux à contresens, et tordue par les racines des platanes. C’est très inconfortable et risqué, dans la mesure où il faut souvent déborder sur le trottoir. Bref, c’est le bordel.

    A noter que, aux heures de pointe, le trafic vélo est démultiplié dans ce secteur, par les cyclistes, très nombreux, qui viennent à… l’école européenne.

  3. Morieux
    18 octobre 2015

    Il y aurait tellement de choses à faire pour nous les cyclistes mais la CUS a d’autres projets malheureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.