Le Stammdisch organisé par la Ville de Strasbourg et l’Eurométropole pouvait être sur le papier une bonne idée… sur le papier.

Autour des responsables de projets du Tram E, une vingtaine de personnes ont répondu à l’invitation. Mais si le cadre est sympathique, ce ne sont pas réellement les conditions pour converser. La réunion se passe à sens unique.

Et comme le dit Christine Geiler dans un commentaire laissé sur le Blog : 

Nous sommes une petite vingtaine attendant les informations que va nous donner le chef du projet tram sur ce chantier. Serrés autour d’une table, il faut bien tendre l’oreille. Il fait sa pub, les quelques remarques gênantes sont balayées.

Nous apprenons quand même qu’environ 1 mètre séparera la piste cyclable du tram (est-ce suffisant pour sécuriser les cyclistes quand passent à 30 km/h les 50 tonnes du tram ?) et que le chemin piéton fera 1,50 m de large (insuffisant pour permettre à 2 personnes en fauteuil de se croiser).
Quant au faible espace (6,25 m seulement) entre l’école Adler et le tram (toutes les 5′, toute la journée), il parait qu’aucun parent d’élèves n’a protesté ; normal, vu que cette information avait disparu du schéma figurant dans le dossier de l’Enquête Publique !)

Nous avons pour notre part interpellé le responsable de l’Eurométropole sur la situation catastrophique des piétons et des vélos…  » les bus passent, les voitures passent mais pas les piétons ni les cyclistes »… réponse étonnante : « ils peuvent faire des détours ou mettre pied à terre ».

Les transports doux, ne sont pas encore dans l’ADN de l’Eurométropole.

Nous avons croisé pourtant du beau monde. 

Sur le Blog de la Robertsau :