La Robertsau : Les odonymes de E à I

La Robertsau : Les odonymes de E à I

Lors d’un précédent article, nous nous sommes intéressés aux noms figurant sur les plaques des principales voies qui constituent notre quartier. Nous vous avions promis de développer plus encore le sujet et avons traité les odonymes de A à D. Alors en route pour une visite de ceux de E à I de la Robertsau ?

Publicité

En route…

Poursuivons notre visite des lieux, certains chargés d’histoire, par ordre alphabétique…

La visite sera relativement complète et riche, mais non exhaustive. Alors, suivez-nous dans notre voyage !

Aujourd’hui visite des odonymes de E à I

** Sources : Site Archi-Wiki, (site collaboratif fonctionnant sur le principe du Wiki qui a l’ambition de devenir une sorte de Wikipédia de l’architecture, en constituant une base de données en perpétuelle évolution). L’excellent ouvrage de Robert Pfister “Un village dans l’histoire de l’Alsace” 1988 Finkmatt impression.

E

Ehn (Rue de l’)

L’Ehn est une rivière française du Grand Est, précisément du département du Bas-Rhin dans la région historique et culturelle d’Alsace. Elle coule sur le versant oriental du massif des Vosges, est un affluent de l’Ill près de Illkirch-Graffenstaden, donc un sous-affluent du Rhin.

Emile Maechling (Rue)

Cette rue est dédiée à Emile Maechling qui y habitait de son vivant. Auparavant dénommée “Obststrasse”, “Rue des Spahis”, “Rue des fruits”. Emile Maechling est un entrepreneur de construction et un homme politique (Premier adjoint de son ami Charles Frey, maire de Strasbourg en 1935 et 1945), né à la Robertsau le 10 janvier 1878. Elu au conseil municipal en 1929, puis en 1935 (Parti républicain démocratique). Expulsé par les allemands en 1940, il réintégra ses fonctions en 1944 et devint vice-président du conseil général en 1945. (En savoir plus)

Epinoche (Rue de l’)

Quartier sur le thème des “poissons”. (** Un prochain article développera ce thème)

Ernest Bevin (Quai)

Ernest Bevin (1881-1951) est un homme politique britannique, ancien ministre des affaires étrangères, co-fondateur du Conseil de l’Europe et l’un des premiers à proposer Strasbourg comme siège du Conseil. Auparavant le boulevard était emprunté par les voitures, c’est actuellement un quai piétonnier avec piste cyclable et ligne de tram après son réaménagement en 2007 pour la réalisation de la Ligne E. (En savoir plus)

Ernest Lehr (Rue)

Rue dédiée à Paul-Ernest Lehr (1835-1919), avocat au barreau de Strasbourg. Il a publié en 1870, “l’Alsace Noble” suivie du” Livre d’or du patriciat de Strasbourg”, et en 1887, “Numismatique de l’Alsace”, ainsi que beaucoup d’autres travaux historiques.  (En savoir plus)

Ernst Stadler (Rue)

Ecrivain allemand né à Colmar en 1883, collaborateur de René Schickele pour la promotion de la culture alsacienne. Mort en 1914, il repose au cimetière Saint Louis de la Robertsau. (En savoir plus)

Esturgeon (Rue de l’)

Quartier sur le thème des “poissons”. (** Un prochain article développera ce thème)

Ettore Bugatti (Rue)

Ettore Bugatti né le 15 septembre 1881 à Milan, et mort le 21 août 1947, est un industriel et inventeur italien naturalisé français peu avant son décès. C’est un des fondateurs de l’industrie automobile de luxe et de compétition avec les automobiles Bugatti en Alsace. Aujourd’hui encore, il est considéré comme un des pionniers de l’automobile. (En savoir plus)

Europe (Avenue de l’)

Cette voie qui borde le Conseil de l’Europe et le Parc de l’Orangerie, porte le nom de l’Union Européenne** communément appelée Europe. **L’Union européenne (UE) est une association politico-économique de vingt-huit États européens qui délèguent ou transmettent par traité l’exercice de certaines compétences à des organes communautaires. Elle s’étend sur un territoire de 4,5 millions de kilomètres carrés, est peuplée de plus de 513 millions d’habitants et est la deuxième puissance économique mondiale en termes de PIB nominal derrière les États-Unis. (En savoir plus)

F

Fabrique (Rue de la)

Certainement dénommée en mémoire des papeteries situées sur un bras de l’Ill (Mühlwasser), créées en 1876, “Neue Papiermanufactur Strassburg-Ruprechtsau” essentiel établissement industriel de notre faubourg, qui fabriquait de très beaux papiers, puis des chiffons en coton et lin.

Fecht (Rue de la)

La Fecht (Facht en alsacien) est une rivière française du Grand Est qui coule dans le département du Haut-Rhin. C’est un affluent de l’Ill, donc un sous-affluent du Rhin.

Felix (Rue)

Quartier sur le thème des “Prénoms masculins” comme Claude, Jacques, Victor… (** Un prochain article développera ce thème)

Fischacker (Rue)

Aucune autre source que sa traduction littérale “champ de poissons”, située non loin des zones inondables du Mühlwasser.

Fleurs (Rue des)

Quartier sur le thème des “fleurs”. (** Un prochain article développera ce thème)

Fort Louis (Rue du)

La Rue de Fort Louis tire son nom d’un village situé au nord de Strasbourg, lui même dénommé d’après une fortification de Vauban construite sur les ordres de Louis XIV. La forteresse fut assiégée et démantelée par les autrichiens en 1794, puis définitivement rasée en 1814. (Au cours de la période révolutionnaire (1792-1795), la commune et la forteresse ont  porté le nom de Fort-Vauban.) (En savoir plus) 

Fourmi (Rue de la)

En 1894, le chemin Goeb tout proche est dénommé  “Ameisenköpfel” ” Butte aux fourmis “, ce qui explique certainement l’existence de cette rue de la fourmi, nom de l’ancien lieu-dit.

Franck (Rue De)

Dénommée d’après une famille patricienne de Strasbourg, alliée à la famille Renouard De Bussierre.

Frederic Reech (Rue)

Frédéric Reech (1805-1884), ingénieur de la marine militaire, ancien élève de l’École polytechnique (1823). – Professeur puis directeur de l’École nationale de génie maritime et directeur des constructions navales.  Membre de l’Académie des sciences. (En savoir plus)

Frederic Riff (Rue)

Deux pasteurs, le père et le fils, portaient ce nom. Charles Frédéric (Karl-Friedrich) Riff (1790-1864) qui fut pasteur à la Robertsau pendant 47 ans de 1817 à 1864 et qui œuvra aux côtés de l’abbé Gaucheron pour l’agrandissement de l’ancienne chapelle de la Robertsau ou la construction d’un nouveau lieu de culte. Frédéric (Karl-Friedrich) Riff (1824-1883) : fils du précédent, il prit sa relève au poste de pasteur en 1864. Il devint ensuite président du Consistoire Saint-Guillaume et inspecteur ecclésiastique de cette église, c’est en mémoire de ce dernier qu’une rue à la Robertsau porte son nom depuis 1918 (auparavant dénommée Kirchpfad).

L’enclos funéraire de la famille Riff est situé au cimetière Saint Louis et est pourvu d’une belle grille en fer forgé et abrite plusieurs monuments de la famille, parmi lesquels ceux de deux pasteurs, identifiables par le décor d’emblèmes ecclésiastiques sculptés sur leur fronton. (En savoir plus)

 Frères Stoeffler (Rue des)

Deux authentiques robertsauviens, Ernest et Victor Stoeffler, appelés “les frères volants” par les médias de l’époque. Victor Stoeffler, pionnier de l’aviation français, est né à la Robertsau le 9 juin 1887. Décédé en 1947, il fut pilote d’essais de l’Aviatik (1912/13) et directeur de l’usine Aviatik de Mulhouse, de Fribourg et puis de Leipzig. (1914/18). (En savoir plus). Ernest, le frère de Victor est né un an après le 17 juin 1888. Il suit une carrière parallèle mais connait moins de succès que son frère, il passe son brevet de pilote et participe avec succès aux concours et meetings jusqu’en été 1914. Pendant la guerre 1914-1918, il est pilote d’essai à la société Aviatik. En 1919, il s’associe avec son frère Victor et crée une entreprise industrielle à Schiltigheim et décède en 1962. (En savoir plus)

G

Gambsheim (Rue de)

Gambsheim (Gambse en alsacien) , est une commune française située dans le département du Bas-Rhin. Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d’Alsace. (En savoir plus)

Corps de Garde (place du)

Un corps de garde (Wach-Platz) est un bâtiment destiné à abriter les soldats chargés de surveiller un espace stratégique militaire (porte, arsenal, bastion, ou batterie). C’est un type d’architecture militaire qui se développe en France au XVIIIe siècle. À une époque où l’armée était garante de l’ordre public, le corps de garde servait également de poste de police.(En savoir plus). Le monument aux morts qui s’élève aujourd’hui place du Corps de Garde, devant le cimetière Saint-Louis, date d’après la guerre de 1939-1945. Il est formé d’un relief en bronze dû au sculpteur René Hetzel (1902-1972), et représente une famille qui a peut-être été séparée définitivement par la guerre. (En savoir plus)

Gardes Champêtres (Rue des) / Gardes Chasses (Rue des) / Gardes Forestiers (Rue des)

Ces rues constituent la “Cité des Chasseurs”, lovée dans une boucle de l’Ill à l’extrémité ouest de la Robertsau, le quartier nord de Strasbourg, le quartier donne l’impression d’un petit village suédois avec ses chalets colorés et ses jardins cultivés ; une curiosité unique dans l’Eurométropole, dont le charme rural se prête à une balade dominicale automnale dépaysante, loin de la ville qui est pourtant tout près. (En savoir plus). Archi-Wiki ; Un précédent article du Blog. Pourquoi le thème de la chasse ? Rappelons qu’à l’origine, la chasse était un besoin vital dont dépendait l’existence de l’espèce humaine. La forêt de la Robertsau de type rhénan était riche en gibier. Les cultivateurs se plaignaient des dégâts causés par le gibier et s’en dédommagèrent en braconnant. La Ville de Strasbourg (1550) confia alors la surveillance et l’application de la règlementation à des forestiers responsables de tout ce qui touchait à l’exploitation de la forêt.

General Lejeune (Rue du)

Louis-François, baron Lejeune, né le 3 février 1775 à Strasbourg, et mort le 26 février 1848, est un général de brigade du Premier Empire, peintre et graveur français. Il contribue à l’introduction de la lithographie en France. (En savoir plus)

Germain Muller (Pont)

Le Pont Germain Muller est un pont nervuré et pont routier, il a été construit en 2004 et a emprunté son nom à Germain Muller (1923-1994) auteur dramatique, acteur, homme politique, poète, chansonnier, humoriste et cofondateur du cabaret strasbourgeois “De Barabli”. Personnalité aux multiples facettes, il a contribué à façonner l’imaginaire de la région et figure aujourd’hui en bonne place au “Panthéon alsacien” (Ces hommes et ces femmes qui ont fait l’Alsace, Les Saisons d’Alsace, no 52, juin 2012, p. 100) (En savoir plus)

Goeb (Chemin)

Le chemin est cité dès le Moyen Age sous forme “Gewe” ou” Göb”. Selon certains spécialistes, Goeb signifierait chemin creux ou encaissé. Ce chemin élargi en 2011 devient une route importante, passant sur le terrain du démoli  “Joyeux Marinier” (En savoir plus)

Gollenfeld (Chemin du)

Dénommé d’après un lieu-dit dont la désignation est connue depuis la fin du XVIIème siècle, ce chemin situé derrière le centre sportif route de la Wantzenau, se perd dans les champs dont il tire son nom.

Goujon (Rue du), Goujon (Sentier du)

Quartier sur le thème des “poissons”. (** Un prochain article développera ce thème)

Grand Belzwoerth (Chemin du)

Son nom vient d’une des nombreuses îles -Les Woerth- (Un précédent article du blog).

Gustave Binger (Rue)

Louis-Gustave Binger est né à la Robertsau au “43, rue de la Carpe-Haute” en 1856, et mort en 1936. Officier général et explorateur français, il a exploré de vastes territoires au Niger, en Guinée, en Côte d’Ivoire, dont il devint le Premier Gouverneur en 1897. (En savoir plus)

H

Haies Vives (Square des)

Les haies “vives” contiennent un bon nombre d’arbustes au feuillage persistant.  Toute l’année, elles restent fournies et décorent largement de ses arbustes aux feuilles décoratives variées. Les feuillages caducs évoluent toute l’année, changent de couleur à l’automne et au printemps, les fleurs s’imposent. Situé dans le quartier des jardiniers-horticulteurs- fleurs… (** Un prochain article développera ce thème)

Haniel (Rue)

Cette rue pourrait avoir pour origine Haniel, également connu sous le nom de Anaël, est un des sept Anges de la Création, dans la tradition et l’angélologie juive. Il appartient à la hiérarchie des Archanges. (En savoir plus). Pourquoi un seul nom d’ange a t-il été attribué ? La dénomination “Haniel” n’est peut-être pas issue de cette possibilité ?

Hechner (Rue)

Dénommée d’après un lieu-dit “D’r Hechner”, situé à l’ouest du Mühlwasser vers Bischheim, aujourd’hui occupé en grande partie par les constructions de la Cité de l’Ill. 

Herrenstein (Impasse du)

Le Herrenstein est un château qui se situe dans la commune française de Neuwiller-lès-Saverne, dans le département du Bas-Rhin. La seigneurie du Herrenstein appartenait à l’évêché de Metz, puis les domaines sont rachetés peu à peu par la Ville de Strasbourg, qui en devient maître en 1480, et compte une garnison de six à douze hommes. Le château est néanmoins détruit en 1676. (En savoir plus)

Herrlisheim (Rue de)

Herrlisheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est. Herrlisheim fait partie du canton de Bischwiller et de l’arrondissement de Haguenau. (En savoir plus)

Himmerich (Rue)

Cette dénomination pourrait avoir plusieurs origines. De “Heimer” ou “Heiner” désignait un enclos palissadé et formant un lieu de refuge. De “Hinterrhein” ou “Le Rhin de l’arrière” déformé en “Himmeri” comme le “Krummer Rhein” ou “Rhin Tortu” a été déformé en “Krimmeri”. De “Himbeerrrain” signifiant “Talus à framboises”. Le choix est large…

Hirtzel (Rue)

Johann Hirtzel, maître maçon à la Robertsau, dans les années 1900.

Horticulteurs (Rue des)

La vocation première de notre faubourg est agricole, nous le savons tous. Les établissements horticoles étaient situés Route de la Wantzenau (la maison d’habitation d’un des premiers, Michel Kauss subsiste encore au n° 20), puis Rue Schott, Westermeyer se spécialise dans la culture de la bruyère domestique et Georges Gross-Auguste Beck. Puis l’entreprise Horn dans la rue Himmerich. Ernest Fuchs, Charles Kuntz, Issler, puis la reconversion de quelques maraîchers comme Frédéric Schott, Eugène Sommer, Alfred Wurtz, Frantz devenu Roth… Nos horticulteurs ont contribué, ayant mis leurs talents au service des jardins et parcs (Pourtalès, Château d’Angleterre, Orangerie…) et trop peu contribuent encore à affirmer la réputation de la Robertsau comme “quartier vert” et fleuri de Strasbourg.

Hugo Grotius (Rue)

Hugo de Groot dit Grotius (1583-1645) est un humaniste, diplomate, avocat, théologien et juriste né dans les Provinces-Unies (aujourd’hui Pays-Bas). Jeune prodige intellectuel, il a étudié à l’Université de Leyde. Il a été emprisonné pour son implication dans les conflits intra-calvinistes de la République néerlandaise, mais s’est échappé caché dans un coffre à livres. Grotius a écrit la plupart de ses œuvres majeures en exil en France.  (En savoir plus)

I

Ill (Rue de l’)

L’Ill est une rivière française qui baigne la plaine d’Alsace. Important affluent gauche du Rhin et principale rivière d’Alsace. C’est également un vaste ensemble “La cité de l’Ill” de 58 immeubles comprenant 1 760 logements sociaux devenu, dans le Plan local d’urbanisme Intercommunal en 2016, “Robertsau-Ouest”. De nombreuses rues du quartier sont dénommées selon des affluents du Rhin ou des rivières… (** Un prochain article développera ce thème)

Isaac Haffner (Rue)

Professeur de théologie luthérien libéral. né à Strasbourg (1751-1831) (En savoir plus)

Notre visite se termine aujourd’hui. Elle se poursuivra lors d’un article prochain.

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
En savoir plus

Articles précédents dans la même rubrique : 

Notre voyage par ordre alphabétique :

Livres et ouvrages sur la Robertsau ICI

Articles consacrés à l’histoire de la Robertsau ICI

 

Errata

Nous souhaitons faire ici un grand “mea-culpa” car dans un article précédent :

“La Robertsau est-elle “à la rue” ou “tient-elle la route” ? “

Nous avions noté par erreur :

[… À Strasbourg, sur le site « Annuaire Mairie de la ville de Strasbourg » sont référencées 1423 rues, 127 places, 54 quais, 49 impasses, 38 chemins et 31 avenues de Strasbourg (Dernière mise à jour mardi 17 décembre 2019 à 14:28.)

En théorie, “La Robertsau” fait partie de Strasbourg (67 000), l’ensemble de nos voiries devrait logiquement y figurer…
Mais paradoxalement elles n’y sont pas toutes… et ce ne sont pas les moindres qui ont été oubliées : Quid de la rue Boecklin, de la route de la Wantzenau qui sont pourtant nos artères principales…. ? A contrario nos “petits” chemins figurent dans le fichier “Chemin du Doernelbruck”, “Chemin du Beulenwoerth”, mais non chemin Goeb.]

C’était un peu hâtif de notre part de l’avoir prétendu ainsi, et c’est une erreur… Ces artères figurent bien dans cet annuaire. Nous présentons nos excuses à la Mairie et à nos lecteurs pour la diffusion de cette mauvaise information, que nous regrettons.

Par ailleurs nous regrettons d’avoir mal orthographié “La famille Renouard de Bussierre” (et non De Bussière) pour la rue du même nom, la Rue Bussierre. Cependant (Hic), même sur la toile nous trouvons souvent l’orthographe “De Bussière”…!

Publicité
Publicité