Passagères clandestines à la Cité des Chasseurs

Passagères clandestines à la Cité des Chasseurs

Dans le cadres des animations d’été dans les quartiers de Strasbourg, la troupe « Les Clandestines » a charmé les habitants de la cité des Chasseurs à travers un parcours chanté dans la rue, “là où sont nés les chants populaires”.

Publicité

C’était beau comme un chant de coquelicots… Samedi 14 août les habitants de la cité des Chasseurs et d’au-delà ont eu droit à une aubade pour le moins originale. La troupe « Les Clandestines », huit chanteuses – comédiennes et un musicien, a donné un récital déambulatoire dans le quartier.

Photo : Martin Schwartz

Des chansons en italien pour un défilé en rouge et blanc (et une touche de vert, drapeau italien oblige) ponctué de chansons issues du folklore de différentes régions de la péninsule : Abruzzes, plaine du Pô, Naples ou de la Basilicate…

Des airs traditionnels chantés a capella et accompagné de chorégraphies s’inscrivant à merveille dans le cadre champêtre du quartier. Le répertoire de la compagnie parle d’amour (toujours), du travail des champs (ma non troppo), d’exil, de liberté mais aussi de résistance (l’incontournable chant des partisans Bella Ciao).

Photo : Martin Schwartz

« Huit femmes chantent à pleine voix, convoquant ainsi la mémoire de tous ceux qui, par ces mêmes chants, ont exprimé leur aspiration à la liberté et à une vie meilleure. Leur pas et leurs mouvements sont librement inspirés de danses traditionnelles. Huit femmes se déploient dans l’espace public, se donnent entièrement à la force du chant, et rappellent à chacun l’urgence, aujourd’hui, de se mettre en mouvement et d’exister pleinement », peut -on lire sur leur site.

Proposé par la ville de Strasbourg dans le cadre des animations estivales décentralisées dans les quartiers (en voilà une idée qu’elle est bonne) et en partenariat avec l’AHQCJ (Association des Habitants des Quartiers de la Cité des Chasseurs et des Joncs) et le jardin partagé de l’association, le parcours musical a été suivi par une cinquantaine d’habitants qui ont passé un bon moment (si on fait abstraction des moustiques qui étaient aussi à la fête…) : « Finalement on a bien fait de ne pas partir en vacances ! »

Bernard Irrmann

Les photos sont de Martin Schwartz

Lettre d’information

La Robertsau en image

Podcast de la Robertsau

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité