Strasbourg 1ère ville cyclable : le grand bluff !

Strasbourg 1ère ville cyclable : le grand bluff !

“Serez-vous capable de relier la Robertsau au centre ville de Strasbourg en n’empruntant que des pistes cyclables ?”. Derrière notre défi, il y a une réalité : il n’y a pas de continuité des pistes cyclables à Strasbourg, uniquement des petits bouts par-ci, par-là.

Nous l’avons souvent écrit sur le Blog de la Robertsau, la vision de Strasbourg – Vélo relève trop souvent de la com’ plutôt que de la réalité. Prenez par exemple la rue Boecklin… (voir notre article de février 2017 “Rue Boecklin : pas « friendly » du tout pour les vélos“) où l’on constate que seul 9 % de la rue propose des pistes cyclables. Et comme l’écrivait notre rédacteur : 

Cela commence pourtant bien en arrivant de l’Allée des Droits-de-l’Homme, avec 110 mètres de belle piste à double sens. Il n’y a ni habitants, ni commerces sur ce tronçon, mais par chance elle est visible par les visiteurs et journalistes extérieurs au quartier qui ne s’aventureront guère au-delà. Les apparences sont sauves, c’est l’essentiel !

Tout comme la mini-piste devant le collège (voir article “Nouvel aménagement devant le collège” / septembre 2016) où il n’y a même pas 100 mètres de piste et qui oblige les cyclistes à mettre pied à terre pour traverser la rue Boecklin ! 

Devant le collège, les cyclistes doivent mettre pied à terre

La com’ VS la réalité

Le grand écart entre la carte de la ville et la réalité des pistes se mesure sur cette animation. Par exemple sur la Robertsau, tout est presque vert pour la ville alors que sur le site Aménagements cyclables, on voit bien qu’il n’y que 3 traits, c’est encore plus flagrant avec le centre ville.

La carte Strasmap et celle d’aménagements cyclables….

On peut en constater un exemple particulièrement flagrant sur la piste qui longe le Palais de l’Europe, après son réaménagement au printemps 2016  (voir article L’hypocrite nouvel aménagement cyclable devant le Conseil de l’Europe), la piste officielle tourne à gauche vers le parc de l’Orangerie, alors que si on veut rejoindre le centre pourtant indiqué par des “panneaux vélo”, il faut enfreindre le code de la route sans aucun aménagement sécurisant. 

Alors, vous êtes prêt à relever le défi ?

N’oubliez pas, il y a 600 km d’itinéraires cyclables dans l’Eurométrople et en plus, Strasbourg est numéro 1, cela devrait être facile, non ? 

Vous avez jusqu’au samedi 2 juin pour envoyer vos propositions d’itinéraires au blog de la Robertsau. Participez en cliquant sur le lien.


 

(*) Soit un repas menu (entrées, plats et desserts) pour deux personnes hors boisson. Tirage au sort début juin 2018 parmi toutes les trajets proposant le plus de pistes cyclables sur plus de 80 % du parcours. Une seule participation par foyer (même nom, même adresse). La personne gagnante sera prévenue par téléphone et courriel ; elle ne peut prétendre, en cas d’empêchement d’utilisation, à aucune compensation financière. Le lot est à utiliser en 2018 impérativement.

Suivez-nous !

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité

3 commentaires

  1. AIRAULT Alain
    31 mai 2018

    Bonjour,
    Que de coupures et d’obstacles pour les cyclistes, en effet, surtout lorsqu’ils doivent réintégrer la circulation.
    Pour tout défaut sur les aménagements cyclables, vous pouvez utiliser la vélofiche proposée par le CADR67
    https://cadr67.fr/signalerunprobleme/
    Cordialement,

  2. Jean h.
    8 juin 2018

    Nous sommes gouvernés par des gens qui s’imaginent (ou qui font semblant) que les chiffres sont le reflet le plus fidèle de la réalité … 600 km d’aménagements cyclables, c’est bien. Ce serait encore mieux si cela ne comprenait pas les simples coups de peinture sur des pavés ou sur une chaussée défoncée, s’il était possible de traverser les rues avec la même priorité que les piétons (mais est-elle vraiment respectée ?) et s’il ne fallait pas mettre pied à terre sous le moindre prétexte (très pratique avec un enfant de 20 kg dans le siège bébé …) bref, d’utiliser le vélo comme un moyen de transport à part entière.

  3. Rheinmuse
    8 juin 2018

    Pour toutes ces raisons, je trouve irresponsable de circuler à vélo dans cette ville qui s’affiche pourtant verte et accueillante pour les cyclistes, car après avoir failli être victime d’un accident, j’ai décidé de ne plus du tout me déplacer à vélo, n’ayant nulle part pu découvrir un seul tracé en continue de la Robertsau au centre ville, par exemple. Je les cherche encore les 600 km de pistes cyclables …. je dis bien pistes cyclables dignes de ce nom et non des petits bouts de morceaux de tronçons …. Je soupçonne qu’ils n’existent que sur les plans des urbanistes du 4ème étage du Centre administratif de Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.