Interpellation de Thierry Roos au conseil municipal sur les projets de géothermie à la Robertsau

Interpellation de Thierry Roos au conseil municipal sur les projets de géothermie à la Robertsau

On a de nouveau entendu le mot “Robertsau” au conseil municipal de Strasbourg du 13 octobre. Thierry Roos a relayé les inquiétudes des habitants sur le projet de géothermie profonde avant de se faire vivement rabrouer. A-t-il touché juste ? Etonnant conseil municipal de Strasbourg du 13 octobre. Alors qu’il venait de valider les contours…

Publicité

On a de nouveau entendu le mot “Robertsau” au conseil municipal de Strasbourg du 13 octobre. Thierry Roos a relayé les inquiétudes des habitants sur le projet de géothermie profonde avant de se faire vivement rabrouer. A-t-il touché juste ?

thierryroos
Thierry Roos au conseil municipal de Strasbourg – Capture de la vidéo – © Strasbourg.eu

Etonnant conseil municipal de Strasbourg du 13 octobre. Alors qu’il venait de valider les contours des nouveaux conseils de quartier, on a pu vérifier dans quel état d’esprit étaient réellement les responsables de la ville quant on ose les interpeller sur un projet précis. On peut voir des adjoints très techniques, totalement condescendants voire méprisants : la démocratie locale a encore beaucoup de chemin à faire quand les citoyens se s’occupent pas que de la couleur des bacs à géraniums.


Conseil Municipal du 13 octobre 2014 – Géothermie par blogrobertsau

Thierry Roos, nouveau conseiller municipal sur la liste de Fabienne Keller, a interpellé le Maire sur les projets de géothermie profonde à la Robertsau. Une interpellation somme toute très polie et peu polémique, le conseiller ne faisant que relayer les interrogations des habitants :

Je vous demande de bien vouloir mesurer les risques que les Strasbourgeois vont encourir si vous prenez la responsabilité d’autoriser et de permettre la poursuite de tels projets.

Prendrez-vous des initiatives pour informer la population des dangers et des risques de la géothermie ? Comptez-vous appliquer la démocratie participative, si chère à votre politique, afin de laisser aux Strasbourgeois et particulièrement aux Robertsauviens le soin de s’exprimer sur ce sujet? Car jusqu’à présent, à défaut de précaution, vous faites preuve d’une trop grande discrétion…

alainjund
Alain Jund : “tout va bien…. on maîtrise tout”

Alain Jund a joué au technocrate condescendant reprenant les points de détails d’un dossier particulièrement technique et ardu, pour mettre à mal l’interpellation. Et pour finalement confirmer que le projet est plus avancé qu’il ne veut bien le dire. Déléguant à l’Etat le soin d’informer la population, il s’est bien gardé, malgré de belles paroles, de dire quand et où la population serait informée :

L’expérience acquise dans la région nous permet d’envisager l’avenir avec optimisme et lucidité. (…) Nous ne sommes ni apprentis sorciers, ni géotouvetout, mais exigeants sur le débat public avec les citoyens. (…) Nous sommes convaincus que la géothermie contribuera à donner sa part dans la transition énergétique de l’agglomération Strasbourgeoise.

christelKohler
Christel Koehler : il s’agit d’un projet industriel sur un terrain industriel (circulez y’a rien à voir ? )

Christelle Koehler en a rajouté une couche :

J’ai beaucoup aimé votre introduction très bucolique sur la Robertsau, je partage avec vous un intérêt pour ce quartier mais soyez raisonnable, il s’agit d’un projet industriel sur un terrain industriel, pas près des petites maisons.

Thierry Roos ne s’est pas laissé démonter :

Je n’ai pas eu de réponse à ma question : est-ce que les Robertsauviens seront informés des risques, qu’ils soient informés et qu’ils puissent avoir leur mot à dire ?

Philippe Bies, qui n’est pas né de la dernière pluie politique,  comprend que la revendication est légitime, et que s’il était dans l’opposition, il aurait certainement posé la même question. Il va donc surjouer, et tentant de renverser la question :

Vous nous avez dressé un tableau apocalyptique en alignant les contre-vérités. (…) ce n’est pas très responsable de la part de quelqu’un qui se prévaut de sa qualité d’élu. J’ai bien compris que vous avez repris l’argumentaire d’une association de la Robertsau… Exploiter la peur, c’est indigne !

bisp
Philippe Bies demande à l’opposition de faire le travail de la majorité !

Et Fabienne Keller de prendre la parole :

Il suffit d’aller sur le site de la Dreal et de lire un document public qui  s’interroge sur la compatibilité avec un PPRT, liste les faiblesses des études d’impacts et demande à Fonroche des compléments.

Face à ces documents que toute la population peut connaitre, je pense que vos réponses ne sont pas de nature à convaincre le public que ce projet est maîtrisé. La transparence et le non-mépris sont indispensables dans ce dossier.

On ne peut que lui donner raison, le débat et les réponses d’Alain Jund et Christel Koehler ne sont pas à la hauteur.

La démocratie locale est particulièrement affligeante sur un sujet qui mérite du sérieux et moins de posture, surtout quand on le compare au débat de la ville de Kehl où les conseillers municipaux ont débattu pendant presque 1 heure sur le sujet et prenant une position contraire à la volonté du maire.  L’adjointe de quartier a encore, dans ce débat, brillé par son son silence.

Nous reproduisons ci-dessous l’interpellation complète de Thierry Roos :

“Monsieur le Maire,

La Robertsau, ancien quartier de maraîchers, qui faisait le charme de ce village dans la ville et conférait à Strasbourg un statut locavore… Cette Robertsau, disais-je, a bien changé !

Aujourd’hui, nous construisons la ville sur le village et nous multiplions les autorisations de permis de construire sur des terrains autrefois cultivés. Ce village dont la population atteint celle de Schiltigheim devrait-il être un terrain d’expérimentations pour des apprentis sorciers ?

En effet, le port au pétrole, localisé à l’Est de la Robertsau menace déjà depuis longtemps les 25000 Robertsauviens. Et prochainement, il va être le siège de forages de près de 4000 mètres de profondeur pour rechercher une source d’énergie dite naturelle : la GEOTHERMIE.

La technique de la géothermie profonde consiste à injecter un fluide à 4 000 ou 5 000 mètres de profondeur sous 100 bars de pression en surface et 500 en profondeur dans des failles géologiques fractionnées avec des acides très puissants. Ce fluide remonte à la surface pour permettre la récupération, par transfert, de la chaleur des entrailles de la Terre afin de la transformer en électricité par le biais d’une turbine et d’un  liquide frigorigène hautement inflammable. La chaleur résiduelle est ensuite injectée dans des circuits de chauffage d’habitations en hiver. Pour l’heure, il est envisagé d’alimenter par ce procédé le quartier de l’Esplanade.

Vous l’aurez compris, ceci n’a rien à voir avec les pompes à chaleur qui équipent de nombreux foyers de notre région. Il s’agit là d’une recherche d’énergie à des profondeurs telles que les plus grands scientifiques sont incapables de prévoir tous les risques que la population environnante pourrait subir. Et aucune société d’exploitation n’a suffisamment d’expérience pour assurer une protection de l’environnement, des bâtis et des habitants dans un rayon de 10km.

Quels sont les risques ?

A Soultz-Sous-Forêts, depuis 20 ans des scientifiques expérimentent ce procédé. Les effets secondaires sont nombreux : microséismes, pollution des nappes phréatiques (une pollution déjà présente à la Robertsau. Pour mémoire, il est interdit d’arroser son jardin avec l’eau puisée dans la nappe phréatique). A cela s’ajoute la libération dans l’air du radon radioactif contenu dans le fluide géothermal.

L’observatoire des sciences de la terre de l’Université de Strasbourg émet également des doutes, notamment sur les risques bactériens. A ces profondeurs de nombreuses souches sont méconnues et pourraient contaminer l’air ambiant.

De l’autre coté du Rhin, des puits de géothermie ont provoqué dans tous les cas des secousses sismiques accompagnées de fissures dans les routes et les maisons. Si bien que dans l’Eurodistrict, le conseil municipal de la Ville de Kehl a décidé de porter plainte contre le projet de géothermie allemand. Le mouvement de protestation est fort et très visible chez nos voisins.

A Bâle, à Saint-Gall et à Landau des dizaines de plaintes ont été déposées. Les assurances se défaussent toutes et demandent aux plaignants de prouver que l’origine du problème vient de la géothermie.

A la Robertsau, la situation est encore plus risquée puisque l’autorisation d’exploitation a été donnée à la société FONROCHE qui est novice en la matière.

Monsieur le Maire, sans dénigrer systématiquement les efforts technologiques visant à trouver une solution de remplacement au nucléaire et bien que Madame Ségolène Royale semble vouloir maintenir la centrale de Fessenheim…

Je vous demande de bien vouloir mesurer les risques que les Strasbourgeois vont encourir si vous prenez la responsabilité d’autoriser et de permettre la poursuite de tels projets.

Prendrez-vous des initiatives pour informer la population des dangers et des risques de la géothermie ? Comptez-vous appliquer la démocratie participative, si chère à votre politique, afin de laisser aux Strasbourgeois et particulièrement aux Robertsauviens le soin de s’exprimer sur ce sujet? Car jusqu’à présent, à défaut de précaution vous faites preuve d’une trop grande discrétion…

Je vous remercie.”

ensavoirplus

Sur le Blog de la Robertsau :

Projet de géothermie profonde à la Robertsau : au nom du developpement durable, peut-on rajouter une couche de risque dans une zone à risque ?

L’Echo de la Robertsau n° 254. L’ADIR entre stupeur et tremblements

La vidéo de l’interpellation de Thierry Roos au Conseil Municipal du 13 octobre 2014

ensavoirplusfin

Inscrivez-vous pour recevoir la Newsletter du Blog de la Robertsau

Suivez-nous !

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau