[Tribune] Adir: La parole est aux citoyens, des annonces à la réalité…

[Tribune] Adir: La parole est aux citoyens, des annonces à la réalité…

S’il est un expert des affaires publiques de la Robertsau, c’est bien l’ADIR. Par la voix de son président, elle appelle à une démocratie locale renouvelée et à tirer les leçons du dramatique dossier de la géothermie profonde.

Publicité

“L’édition des DNA du samedi 16 janvier propose un article sur la modification du PLU et appelle fort justement nos concitoyens à participer à l’enquête publique ayant lieu du 18 janvier au 26 février. Fort judicieusement  c’est une photo de la place Kléber transformée en îlot de verdure qui illustre cet article. Comment ne pas se réjouir en effet de pouvoir apporter son avis sur le développement urbanistique de notre ville et sur la sauvegarde des espaces non construits, en particulier lorsque l’on est favorable à la préservation des espaces verts, que certains qualifient si facilement de « poumons verts » ? 

Que voilà une belle formule ! Inutile de préciser qu’à la Robertsau nous ne nous priverons pas d’abonder de nos observations le dossier de l’enquête publique, nous ne laisserons pas échapper l’occasion de nous exprimer en espérant être entendus par des commissaires enquêteurs tout oreilles et soucieux de rapporter les attentes de leurs concitoyens. Pourtant là où le bât blesse c’est que, dans le cadre de la modification du PLU, l’on accepte de voir les habitants s’épancher une fois tous les deux ou trois ans.

Ces dernières décennies combien a semblé  difficile l’écoute de nos concitoyens et des associations qui les représentaient. C’est une politique d’affrontement qui a été menée  entre habitants et institutions. Politique qui n’a pu qu’engendrer conflits et contretemps mais qui a surtout installé l’incompréhension entre les citoyens et ceux qui les gouvernent.

Unanimité contre la géothermie profonde

Prenons un exemple récent pour illustrer notre propos. Nous sommes aujourd’hui, à l’ADIR, à la fois surpris et satisfaits de voir la presque unanimité  qui se dégage face à la géothermie profonde, alors que nous avons dû batailler pendant des années pour parvenir à ce qu’aucun forage ne soit réalisé au Port aux Pétroles. Riverains de ces installations  nous avions mis en garde contre la proximité de sept entreprises Seveso haut niveau de risque avec des installations susceptibles de provoquer pollution de la nappe phréatique et événements sismiques qui endommageraient ces mêmes entreprises Seveso, entraînant ainsi une véritable catastrophe.

Chaque rencontre avec les industriels et les hauts responsables de nos institutions était alors prétexte à nous manifester dédain et condescendance et à nous reprocher notre manque de légitimité. Ces personnes n’entendaient jamais reconnaître l’expertise d’usage des habitants et mettaient en avant leur expertise professionnelle qui était, à leurs yeux, la seule valable. Cependant, à force de batailler et de tirer la sonnette d’alarme, les Robertsauviens ont réussi à se faire entendre et à faire plier les soi-disants experts.

La leçon à tirer est que l’on pourrait éviter nombre de conflits, de recours gracieux ou devant le Tribunal administratif si l’on acceptait de reconnaître les compétences d’usage des habitants et de les consulter les premiers lors de tout grand projet.

A ceux qui prétendraient qu’un simple citoyen n’a ni la capacité, ni la légitimité pour prendre d’aussi graves décisions, rappelons qu’aujourd’hui, en France, ce sont de simples citoyens tirés au sort et non des magistrats qui, lors des procès d’assises, exercent  pleinement la fonction de juges et prennent la décision de condamner ou non une personne accusée de crime.

Inspirons-nous de cet exemple pour faire évoluer les politiques urbaines !

Jacques Gratecos
Président de l’ADIR”

Lettre d’information

La Robertsau en image

Podcast de la Robertsau

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité