Pour une rentrée sereine et gourmande : réalisez une pâte à tartiner à la noisette 100 % faite maison

Pour une rentrée sereine et gourmande : réalisez une pâte à tartiner à la noisette 100 % faite maison

Et voilà les petits loups, les vacances sont terminées, il faut reprendre le chemin de l’école et du travail…

Publicité

Et voilà les petits loups, les vacances sont terminées, il faut reprendre le chemin de l’école et du travail…

bandeau_petit_gourmet

Ne soyez pas morose, pour vous consoler, je vous explique pas à pas comment réaliser une pâte à tartiner à la noisette 100 % faite maison. La recette de base est celle de Christophe Michalak, vous savez ce superbe pâtissier au charme certain (allez les filles, vous n’allez pas me contredire !).

pate1

N’ayez pas peur, la recette a plusieurs étapes qui demandent un peu de temps, mais honnêtement, il n’y a rien de compliqué.

Ma première consigne : votre pot de Nutella™ qui traîne dans le placard : poubelle ! Ici on réalise une version saine qui peut même faire l’objet d’une petite activité culinaire avec vos enfants.

Ingrédients, pour environ 750 g de pâte à Michalak :

  • 270 g de noisettes entières de qualité
  • 120 g de sucre en poudre
  • 150 g de sucre glace
  • 150 g de chocolat au lait à 40% de cacao
  • 25 g de poudre de lait entier
  • 10 g de cacao amer en poudre
  • 5 g d’huile de pépins de raisin (ou de tournesol)
  • 3 g de sel fin

Préparation :

Faire torréfier les noisettes : les mettre sur une plaque garnie de papier sulfurisé et les laisser 15/20 min dans un four préchauffé à 180°.

torrefier noisettes

 Les noisettes doivent être presque noires. Voici mes noisettes au bout de 15/20 min.

noisettes torrefiees

Ensuite, afin d’ôter leur peau, il suffit de bien les faire rouler à l’intérieur d’un tamis, ou, à défaut, d’un torchon propre. Personnellement, je les ai prises une à une et les ai frottées dans le creux de la main. Un peu fastidieux mais la technique du torchon ou du tamis n’enlève pas tout.

noisettes peau retirée

Puis, dans une petite casserole, faites un caramel à sec. Il est important que la casserole soit à fond épais, sinon le caramel va brûler sur les bords. Pour faire le caramel à sec, il faut ajouter en trois fois les 120 g de sucre en poudre, sur feu vif mais pas trop.

Le procédé consiste à mettre 40 g, on attend que ça fonde, remettre 40 g, on attend… ON NE REMUE JAMAIS !!  Par contre, à la fin, on donne des mouvements de rotation à la casserole afin d’aider les derniers 40 g à fondre, puis on retire tout de suite la casserole du feu, on ajoute la moitié des 3 g de sel et, à l’aide d’une spatule, on verse immédiatement ce caramel sur du papier sulfurisé, afin d’obtenir une couche assez fine. Il ne doit pas être trop foncé, sinon il sera un peu amer.

Le caramel va durcir assez vite. Cassez ensuite cette feuille de caramel en petits morceaux.

caramel casse

Puis mixez-là (au robot avec hélice) avec 120 g des noisettes torréfiées jusqu’à l’obtention d’une pâte semi-liquide afin d’obtenir ce qu’on appelle le PRALIN. 

pralin

Retirez ce pralin de la cuve de votre robot et réservez (c.-à-d. mettre de côté pour l’utiliser plus tard).

Dans le robot, ajoutez maintenant les 150 g de noisettes restantes et les 150 g de sucre glace. Mixez jusqu’à l’obtention d’une pâte assez compacte : c’est la PÂTE DE NOISETTE.

pate noisette

Surtout n’hésitez pas à goûter à chaque étape afin de sentir les différents goûts et textures… ou juste pour le plaisir 😉

Faites fondre au bain-marie les 150 g de chocolat au lait, ajoutez-les à la pâte de noisette, ainsi que le reste du sel, et mixez à nouveau. Vous obtenez alors ce qu’on appelle du GIANDUJA lait noisette.

Ajoutez enfin le pralin, la poudre de lait, l’huile et le cacao, puis mixez à nouveau.

ajout cacao lait huile

Au départ, le mélange peut paraitre assez compact, mais plus vous mixerez plus il deviendra liquide. Mixer pendant un peu moins de 5 min (pour ceux qui ont des robots puissants, mixez petit à petit et vérifiez plutôt que de vous retrouver avec une pâte trop dure ou beaucoup trop liquide).

Verser dans un pot hermétique type bocal en verre. Je ne préfère pas vous indiquer de délai de conservation car je mets ma main à couper qu’il ne restera pas longtemps dans le placard…

À vos tabliers ! J’attends vos avis !

Article publié le 2 septembre 2015

Suivez-nous !

Commentaires

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
En savoir plus
Publicité
Publicité