Garés comme des merdes : on se lâche à la Robertsau !

Garés comme des merdes : on se lâche à la Robertsau !

Ça faisait longtemps… et on a l’impression que la rubrique Garés comme des merdes vous manquait tant les automobilistes de la Robertsau s’en donnent à cœur joie à la Robertsau, certainement pour attirer notre attention. 

Publicité

Ça faisait longtemps… et on a l’impression que la rubrique Garés comme des merdes vous manquait tant les automobilistes de la Robertsau s’en donnent à cœur joie à la Robertsau, certainement pour attirer notre attention. 

1 / Préambule 

Comme d’habitude certains lecteurs ne verront pas dans les lignes et les illustrations qui vont suivre l’expression de notre regard amusé sur une société qui réclame plus de rigueur et de contrôles, mais qui s’en affranchit dès que son petit bonheur personnel est contraint.

Il s’agit encore moins de jouer – comme nous le fait remarquer notre collègue d’un autre site strasbourgeois – “au policier municipal” (métier que nous respectons) mais bien de se poser la question de notre vivre ensemble. À quoi ça sert de respecter un stationnement interdit, une piste cyclable ou un passage piéton ? Si on ne respecte pas cette brique de base, alors pourquoi payer ses factures, ses impôts, ses fournisseurs, les contrats… (on vous laisse compléter). À ce titre notre comportement sur l’espace commun et public et un bon thermomètre de notre souhait de vivre en prenant soin des autres ou d’avoir un minimum de bienveillance pour nos semblables.

De plus, quitte à ce que ce soit l’anarchie, autant ne plus mettre de panneaux ou de la peinture au sol, cela ferait des économies à la collectivité !  Voilà c’est dit. 

Le mauvais exemple vient d’en haut.

Au plein milieu de la place Kléber… une voiture

Il vrai que le mauvais exemple vient de haut. Nous avons vu par exemple cette voiture place Kléber, place symbolique s’il en est de la fin de la voiture en centre ville, stationner tranquillement pendant la manifestation “Strasbourg mon amour”… Rappelons qu’il y a un parking juste en-dessous ou à une dizaine de mètres place St Pierre le Jeune et que bien sûr il n’y avait pas d’urgence ou de livraison. Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir (La Fontaine – Les animaux malades de la peste

La Smart n’est pas un vélo

Faut-il rappeler à ce propriétaire de Smart que le modèle n’est pas un vélo ? On voit bien l’astuce : en ne garant qu’une partie de la petite voiture blanche sur la piste cyclable, elle n’a que deux roues qui touchent le sol. Peine perdue, le stationnement sur la piste cyclable et le trottoir sont tous les deux qualifiés de très gênant par le code de la route et pour le bus qui sort de sont arrêt.

Parkte wie scheiße

Peut-être que cette rubrique aurait plus d’impact si on l’exprimait en allemand ou en anglais ? Parkte wie scheiße ou Parked like shits ? Ça sonne comment aux oreilles des automobilistes qui fréquentent l’école européenne ? 

Il y a pourtant un petit parking pas loin. C’est vrai qu’il a l’immense défaut d’être payant… On peut comprendre que les fins de mois sont difficiles pour les parents de l’école européenne. Reste la dépose minute que l’on pourrait renommer dépose heure, car le concept de minute (pour rappel 60 secondes) on le comprend, autant le concept d’une voiture qui reste une heure… sur une minute nous est étranger. On ne veut pas manger d’œuf à la coque chez eux… (3 minutes de cuisson faut-il le rappeler).

La dépose est un parking longue durée

Ste Anne : consultations d’ophtalmologie urgentes

Peut-être un des effets de l’épidémie de myopie qui sévit suite à l’utilisation massive des écrans ? Mais ces automobilistes souffrent de Panneauxstationnementinterdiephobie : leurs yeux ne repèrent pas les panneaux. Heureusement pour eux la clinique Ste Anne n’est pas loin. Qui a dit que le tram jusqu’à Ste Anne n’était pas nécessaire ? 

Ensemble agissons pour se garer comme des merdes

 

Bien évidemment ce camion poubelle de la collectivité n’est pas en service, il est en pause juste en-dessous d’un panneau stationnement interdit / mise en fourrière. La présence de commerces récréatifs à proximité serait-il la cause de cette pause ? 

Au bout de la piste… une voiture garée comme une merde

C’est un classique, mais comment ne pas conclure cette rubrique par le traditionnel automobiliste qui assume ses défécations urbaines ?

Allez, suite au prochain épisode. 

Inscrivez-vous pour recevoir la Newsletter du Blog de la Robertsau

Suivez-nous !

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité