TRAM E : La contribution de Françoise Pfersdorff à l'enquête publique

TRAM E : La contribution de Françoise Pfersdorff à l'enquête publique

La Conseillère Départementale Françoise Pfersdorff nous a fait parvenir sa contribution à l’enquête publique sur l’extension du tram E. Nous publions ci-dessous le texte intégral de sa contribution. À la veille de la réunion publique, nul doute que cela va contribuer au débat. Si vous souhaitez que le Blog de la Robertsau publie votre contribution,…

Publicité

La Conseillère Départementale Françoise Pfersdorff nous a fait parvenir sa contribution à l’enquête publique sur l’extension du tram E.

Nous publions ci-dessous le texte intégral de sa contribution. À la veille de la réunion publique, nul doute que cela va contribuer au débat. Si vous souhaitez que le Blog de la Robertsau publie votre contribution, une seule adresse : blog@robertsau.eu.

 

francoise_pfersdorff

Les enfants sacrifiés !

Le projet d’extension du Tram E à la Robertsau est à nouveau en débat puisque soumis à l’enquête publique jusqu’au 13 juillet prochain.

Son tracé ressemble à un passage en force comme si on voulait dans ce quartier “ faire passer un chameau  par le chas d’une aiguille “…

Il détruit maisons, jardins. Il ne prend pas suffisamment en compte la sécurité des enfants à ses abords.

Son prolongement prévu de 1391 m, de la station Boecklin jusqu’au centre socio-culturel de l’Escale, va considérablement modifier le paysage typique de ” jardins “du quartier, annonce l’Autorité Environnementale (1) et impacter la qualité de vie des enfants, de leurs parents, et grands-parents en sacrifiant une partie des espaces verts dans cette partie de la Robertsau, déjà appelée à la bétonisation.

Il est intéressant d’en suivre le tracé pour en comprendre l’impact sur la sécurité des  plus jeunes. Il prévoit  que le Tram contourne l’école de la Robertsau (rue Adler), en la rasant de très près par l’arrière, qu’il passe à proximité immédiate du Mail Saint-François, là où les enfants jouent au ballon dans la rue,  puis coupe en deux la Petite orangerie dont la surface sera bien amputée.

En fin de parcours, c’est l’espace extérieur de jeu de l’Escale qui va être mutilé, même si la volonté affichée du projet est de n’en  supprimer que le fond, où les  buts de hand-ball sont installés. Dans les faits, le terrain va être réduit d’au moins un tiers, et exposé à la pollution engendrée par le nœud multimodal, le trafic du parking  et l’aménagement de la zone de retournement pour les bus.

Nuisances sonores

L’Escale à la Robertsau est aussi un lieu public, symbole du “vivre ensemble”, où chaque année les associations se réunissent à la rentrée pour lancer l’année  associative. Il leur faudra trouver certainement un autre lieu de réunion.

C’est un lieu de vie, un centre de loisirs et de partage qui accueille quotidiennement les enfants du quartier, et pendant les vacances.

De facto, une ligne de tram est source de nuisances sonores, plus ou moins fortes.

Dans les virages, elle l’est.

L’Autorité Environnementale le souligne, et demande par conséquent que le choix des rails soit effectué en fonction pour réduire les crissements… et que le suivi des mesures (graissage des rails adaptés aux courbes) sera “ important pour assurer aux riverains les niveaux sonores réglementaires, notamment la nuit ”.

Elle attire l’attention sur le niveau sonore induit “ à certains croisements entre la route et le tramway, avec la rue Mélanie, qui dépassent les seuils réglementaires jour et nuit, ce qui est déjà le cas avec le seul bruit routier ”.

Par ailleurs, il faut  pointer du doigt le coût élevé du projet, financé par l’emprunt. La réalisation de l’extension au-delà de la station Mélanie entrainerait un surcoût de l’ordre de 10 millions € (construction et préemptions supplémentaires).

Je rejoins l’avis des forces vives du quartier qui s’accordent pour dire, chacune à sa manière, que l’extension du tramway E ne va pas résoudre à elle seule les difficultés de circulation dans cette partie de Strasbourg.

Ce d’autant, que la CTS a réduit récemment le cadencement des rames sur cette ligne… et que des incertitudes planent sur la réorganisation du réseau de bus/ navettes dans le quartier.

tram_moche 1

Sécuriser les abords du tracé

Il apparait qu’un plan d’ensemble de circulation/ stationnement pour la Robertsau et de ses abords doit être élaboré en s’appuyant notamment sur le travail remarquable des associations de la Robertsau, forces de propositions, et de celui de l’Atelier de projet (2) en 2010/ 2011 – enterré en  2013) – et en y associant également les acteurs économiques, ainsi que les Institutions installées dans le quartier.

La densification urbaine, la construction de nouvelles institutions publiques  sur  ce territoire vont entrainer une augmentation des flux de circulation automobile.

Le plan “Strasbourg 2030 “ ne prévoit pas pour autant de délestage pour “ soulager le quartier”.

On peut s’attendre à ce que les futurs usagers et visiteurs du Consulat de Turquie de la Grande Région n’utiliseront pas le tramway depuis la gare pour y accéder, surtout en l’absence de ligne directe…

Ne nous avait-il pas été affirmé que les enseignants, et parents d’élèves emprunteraient leurs vélos et le tram pour se rendre à l’École Européenne ? Un parking est en cours de construction pour leur usage à proximité de l’école…

Il est tout aussi illusoire de croire que les collégiens de la Cité de l’Ill emprunteront eux aussi le tram pour aller  au collège de la Robertsau, compte tenu de l’éloignement des stations de la Cité…

Fidèle par conséquent à ma position pendant la campagne des Départementales de 2015, je reste opposée à au prolongement du tram au-delà de la station “Mélanie”.

J’attire aussi l’attention sur la nécessité de sécuriser pour les enfants les abords du tracé, et plus particulièrement à proximité du mail saint-François, et de la Petite Orangerie.

Enfin, je rejoins les prises de position des promoteurs, constructeurs d’infrastructures, think tanks  qui s’accordent à dire aujourd’hui que pour réussir les projets urbains, il faut faire appel à l’intelligence collective dans un esprit de co-construction : c’est  le B.A-BA de la mise en œuvre de la démocratie participative.

Nous ne sommes plus au temps où la seule majorité élue décide, en mettant en avant l’expertise technique.

Pas de projet réussi sans adhésion citoyenne !

Au vu de ces motifs, je m’oppose à l’extension du tramway E à la robertsau au-de-là de la  station Mélanie.

Françoise Pfersdorff

  1. L’Avis de l’ Autorité Environnementale du 22 avril 2016
  2.  L’Atelier de Projet a travaillé de juin 2010 à juin 2011 sur la mobilité à la Robertsau. Son travail avait servi de base à la décision de la Ville de Strasbourg annoncée dans la brochure distribuée dans le quartier en juillet 2011, puis remise en question en 2013.

ensavoirplus

Tous les articles sur le TRAM E sur le Blog de la Robertsau

Réunion publique sur le projet jeudi 23 à 19h00 à l’Escale 78, rue du Docteur François – 67000 Strasbourg.

ensavoirplusfin

Lettre d’information

Exposition

Commentaires

La Robertsau en image

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité