De passage l’autre soir rue des Maraîchers, nous avons pu constater que l’éclairage public était… aveuglant ! 

Depuis plusieurs mois, la Ville d’Illkirch-Graffenstaden expérimente une extinction de l’éclairage public : 

« La ville d’Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg, veut réduire son budget de consommation électrique annuel de 250 000€ à 210 000€. La solution choisie est radicale : « et si on éteignait tout ? » Enfin quasiment tout, puisque la ville expérimente  une extinction de son éclairage public entre 1h30 et 4h30 du matin. Seuls les axes principaux (rue du 23 Novembre, route de Lyon, route Burkel, rue des Vignes, rue des Roseaux et avenue Messmer) sont gardés éclairés »

Cette idée pourrait être largement reprise à la Robertsau où l’éclairage plein phare de certaines rues la nuit ne se justifie pas. Comme par exemple la rue des Maraîchers où l’on peut constater que cela brille de mille feux… Un éclairage dispendieux et surtout inutile.

Outre les économies pour les finances de notre ville, c’est également une baisse de la pollution lumineuse. 

Pourquoi ce qui est possible à Illkirch-Graffenstaden ne le serait pas à la Robertsau, dont les similitudes avec la ville du sud de notre agglomération sont nombreuses, ne serait-ce que par le nombre d’habitants ?

L’idée est assez simple. La Ville éteindrait tous les lampadaires entre 1h30 et 4h30. Ces horaires sont calés sur ceux des transports en commun, avec une marge de 30 min pour tenir compte du temps que mettent leurs usagers à les rejoindre. Pour des raisons de sécurité routière, les axes à grande circulation (rue Boecklin, rte de la Wantzenau) resteraient éclairés. On imagine aussi que les rues menant au Port aux Pétroles le resteraient également.

La Robertsau est un quartier dont les limites géographiques sont assez marquées (canal et Ill), ce qui devrait permettre cette expérimentation sans trop avoir à chercher où elle commencerait ou s’arrêterait.

Comme à Illkirch, on pourrait imaginer une période d’expérimentation, avec un processus de consultation citoyenne, avant que nos élus décident de pérenniser ou non l’extinction.

Sur le Blog de la Robertsau :