Alsace Nature met le point sur le i du PLUi de l'Eurométropole

Alsace Nature met le point sur le i du PLUi de l'Eurométropole

Alors que l’enquête publique sur le nouveau Plan Local d’Urbanisme (intercommunal, d’où le i) va s’ouvrir le 4 avril, la puissante (et influente) association Alsace Nature se rappelle au bon souvenir de l’exécutif avec coup de projecteur sur la Robertsau. Voici le communiqué de l’association :  “Le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) de l’Eurométropole organise…

Publicité

Alors que l’enquête publique sur le nouveau Plan Local d’Urbanisme (intercommunal, d’où le i) va s’ouvrir le 4 avril, la puissante (et influente) association Alsace Nature se rappelle au bon souvenir de l’exécutif avec coup de projecteur sur la Robertsau.

PLUi_an
Nature à la Robertsau – Photo Marie Marty – Alsace Nature

Voici le communiqué de l’association : 

“Le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) de l’Eurométropole organise les règles qui s’appliqueront aux 28 communes de l’agglomération de Strasbourg dans les 15 ans à venir. Quelles zones urbaniser, quels espaces naturels ou agricoles préserver, c’est ce que fixe ce document important, sur lequel chaque citoyen pourra, dans le cadre de l’enquête publique, se positionner à partir du mois d’avril 2016.

Le groupe local Eurométropole d’Alsace Nature souhaite rappeler que le PLUi est un outil efficace en théorie, puisqu’il est sensé rendre les projets des communes plus cohérents entre eux. Dans cette optique, Alsace Nature participera à l’enquête publique et émettra un avis sur le PLUi dans les semaines à venir. Grâce à nos relais dans les différentes communes, nous nous appliquerons à être vigilants sur les points suivants :

  • la consommation foncière nette, contre laquelle nous avons voté en Assemblée générale en 2013, demandant un moratoire à l’échelle régionale,
  • la nature des milieux impactés par l’urbanisation,
  • les ZAC et notamment celle de Reichstett,
  • les réseaux routiers en développement (accès nord du port, GCO…),
  • les zones humides (1000 ha impactés, dont 130 ha remarquables),
  • la forêt de plaine et ses 150 ha en danger,
  • la trame verte et bleue.

En effet, à la découverte de l’épais document, nous regrettons d’ores et déjà que 2000 hectares environ soient encore destinés à être urbanisés, tandis qu’aucun projet n’est prévu pour compenser une importante régression des milieux naturels. Nous déplorons ce décalage dans la politique de maîtrise des sols, où l’acquisition de terrains est destinée à l’urbanisation, alors qu’il n’existe pas d’équivalent pour replanter des haies, des forêts, des vergers ou des prairies. En outre, nous craignons que des espaces naturels, à distinguer des terres agricoles, soient encore trop souvent considérés comme des réserves foncières à bâtir.

plui_an2
Nature à la Robertsau – Photo Marie Marty – Alsace Nature

Coup de projecteur sur la Robertsau

La Robertsau, ancien quartier maraîcher, possède une diversité de milieux naturels, constitués d’anciens jardins, de boisements, de friches agricoles. L’urbanisation de ces milieux, engagée depuis 25 ans, entraîne la disparition d’un cortège d’espèces, qui constituent ce qu’on nomme de manière savante la biodiversité, mais qui n’est autre que notre nature. Dans ce contexte, le rapport entre les projections de constructions et le respect de ces milieux favorables à la nature et à la tempérance climatique semble bien déséquilibré. Exemples : entre les rues Kempf et Mélanie, plusieurs centaines de logements pourraient être construits dans un bocage en lisière de forêt, tandis que la seconde phase du lotissement de la Clinique Sainte-Anne ou l’urbanisation du Chemin Goeb hypothèquent irrémédiablement de formidables biotopes !

Pour Alsace Nature, le cas de la Robertsau est significatif du déni de naturalité dont font preuve les responsables de la planification urbaine. Et ce, malgré la démarche d’extension du Parc naturel urbain Ill-Bruche à la Robertsau et dans le quartier des QX. La protection de la nature ne doit pas se limiter aux forêts péri-urbaines. La nature en ville doit devenir une composante du bien vivre partout dans l’EMS, sans quoi la charte « Tous ensemble pour plus de Biodiversité » n’est qu’un vœux pieux !”

ensavoirplus

Sur le Blog de la Robertsau : 

Sur le site Strasbourg.eu : 

Le site Alsace Nature : 

ensavoirplusfin

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité