Le tram n’est pas vert, il annonce l’arrivée du béton

Le tram n’est pas vert, il annonce l’arrivée du béton

À la question pourquoi prolonger le tram E s’il y a déjà la ligne B et le bus 6 en parallèle… on répond béton. Faire une percée pour plus de constructions, c’est la finalité du tram E.

Publicité

Ah les délices de la communication municipale qui tente de nous faire passer des vessies pour des lanternes. Un charme éternel. Donc on a collé l’adjectif “vert” au tram, et on prend de jolies photos ras du sol avec de l’herbe au premier plan. Tout d’abord les terrains où passe le tram étaient encore plus verts avant les travaux, le chemin de fer urbain a en réalité enlevé du vert. Et puis, on ne voit pas pourquoi ce tram serait plus vert que celui qui passe à Hautepierre. Mais l’essentiel n’est pas là. 

Alors c’est vrai que les images du tram passant dans des petits champs de fleurs et de micro-jardins fraichement aménagés, c’est totalement bucolique. Mais nous l’avons démontré à plusieurs reprises sur le Blog de la Robertsau, le tram E n’est pas efficient, c’est à dire qu’il n’est pas plus rapide que le bus, son terminus est même dans un no man’s land. Il pourrait être vert s’il enlevait de la voiture, s’il proposait un trajet Robertsau-Centre plus rapide que les autres moyens de transports… Alors pourquoi dépenser 32 millions d’€ pour prolonger le tram E ? 

Un investissement pour plus de béton

Comme la ligne D (celle qui va à Kehl) le tram est aujourd’hui considéré comme un défricheur de terrain. Avant de développer un secteur, la collectivité trace la route et installe une épine dorsale de transport en commun. Le tram D passe par le terrain de Starlette qui était vide, mais qui peut se développer aujourd’hui. Si on peut saluer la logique d’anticiper la présence d’éléments structurants pour les déplacements sur des “friches” ou des coins de ville en transformation, c’est une autre histoire à la Robertsau.

Et hop un permis de construire… adieu le vert !

Pour le coup, il s’agit de faire une percée dans des terrains qui étaient inaccessibles auparavant et qui pour le coup le deviennent. Les permis commencent déjà à pleuvoir : Stradim, Promogim… et pas des petits projets. 

Et puis au terminus Escale il y a le futur quartier Pourtalès. Promesse de très nombreux logements. Si le tram était réellement considéré comme un outil de transport, il aurait aujourd’hui son terminus au minimum à Sainte-Anne, voire au début du quartier des Chasseurs qui se développe aujourd’hui. Non le tram est un instrument qui permet de développer encore plus de béton. Vus sous cet angle, tous les choix deviennent logiques.

Dans le cercle mauve, le futur quartier Pourtalès

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Commentaires

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité