“Grand débat” à la Robertsau, petite participation… mais beaucoup d’idées finalement. La synthèse sera dure.

“Grand débat” à la Robertsau, petite participation… mais beaucoup d’idées finalement. La synthèse sera dure.

À la Robertsau, le grand débat a pris la forme de deux réunions. L’une au café Tivoli sur la fiscalité, l’autre à la Cité de l’Ill sur le thème de la démocratie. 

Publicité

Il n’y avait pas foule à la réunion du “grand débat” organisée à la Cité de l’Ill. Un peu plus de 25 personnes seulement venues parler citoyenneté et démocratie… des têtes connues, déjà engagées dans le quartier. 

On va le dire tout de suite, nous aimons la démocratie locale et nous militons pour qu’elle se développe à Strasbourg (qui a dit qu’elle doit déjà commercer par s’y installer 😉 ).  Aussi, nous ne refusons jamais une occasion de discuter (sauf si on sait que cela ne sert à rien).  Donc nous avons fait (un petit) tour à la réunion à la Cité de l’Ill. 

On n’est pas de prime jeunesse, mais pour le coup on se sentait très jeune tant les cheveux étaient gris… Cela s’est ressentit sur certaines propositions (voir plus bas le compte-rendu) où cela tapait sur les “jeunes” (avec de la nostalgie du service militaire).

Pour notre part on a tenté de démontrer que la démocratie locale ne fonctionne pas, et que quand les associations et les citoyens s’expriment dans un cadre légal, ils ne sont pas écoutés (Cf : Gilets jaunes : les digues rompent ou la colère sans filtre) 

Nous avons demandé : 

  • l’égalité de moyens, par exemple pour les accès aux documents (CADA)
  • l’interdiction des enquêtes publiques pendant les vacances ! Et rédigées électroniquement ! (Les enquêtes publiques le sont, mais pas les permis de construire) – pour une meilleure accessibilité et de manière lisible. Aujourd’hui, il faut aller au centre administratif, payer pour une copie et revenir le lendemain…
  • l’écoute des remontées faites lors des enquêtes publiques 
  • respecter l’importance des associations qui sont un relai

Car nul besoin de grand débat, les associations font déjà du bon boulot en permettant aux citoyens de s’organiser et de parler d’une seule voix. Cela évite la synthèse des multiples propositions comme vous pourrez le lire plus bas. 

Donc, ce n’est peut-être pas d’un grand débat dont nous avions besoin, mais des piles dans les Sonotones de nos élus ! 

Compte-rendu de la réunion grand débat du 11 mars 2019 ; 25 personnes étaient présentes au cours de la soirée.

Sujets abordés : 

  • Problème de la représentation des citoyens. Le citoyen lambda est « amorphe ». 
  • Importance de l’éducation de la jeunesse. Les générations d’aujourd’hui sont massacrées, c’est trop tard. Sujet de la responsabilité. Il faut comprendre que démocratie = droits ET devoirs 
  • Obligations indispensables : SNU (Service National Universel) : 15 j pas suffisants, instituer un service relativement long. Importance de donner de son temps pendant sa vie au service de la société, par ex au service des personnes âgées. Importance du côté obligatoire pour que TOUT le monde s’engage et pas toujours les mêmes.
  • Voter est un droit et est une obligation aussi. Le vote est un devoir. LE vote blanc est alors nécessaire, pour pouvoir ne pas choisir. D’autres personnes s’expriment contre le vote blanc. 
  • Question : qu’est-ce être citoyen ? 3 exemples : la ceinture verte (où on a le droit de construire 20%) ; modification PLUI pour construction tours ; parking en face du Parlement 
    • Propositions : 
      • Égalité de moyens, par ex pour les accès aux documents (CADA)
      • Interdiction des enquêtes publiques pendant les vacances ! Et rédigées électroniquement ! (enquêtes publiques le sont, mais pas permis de construire) – pour une meilleure accessibilité et de manière lisible. Aujourd’hui, il faut aller au centre administratif, payer pour une copie et revenir le lendemain…
      • Écoute des remontées faites lors des enquêtes publiques
  • Importance des associations qui sont un relai
  • Proposition : assemblées citoyennes : 
    • A un niveau très local
    • Redéfinition des conseils de quartier sur plan national : grandes lignes directrices nationales ; statutaire pour les villes de plus de 80.000 habitants
      • Élargir les sujets du conseil de quartier, actuellement limités par la municipalité => liberté de s’emparer de tous les sujets dont s’occupe la municipalité
      • Rôle consultatif
      • Attention : doit être écouté par la municipalité !
      • Diffusion des informations à améliorer ! 
  • En termes de représentation : 
    • Contre réduction du nombre de parlementaires
    • Scandalisé par la misère que touchent les élus ! 
    • Proposition : => revoir le statut de l’élu
      • Vivre dans la circonscription
      • Être payé correctement
      • Leur garantir un cursus post électoral 
    • Contre la disparition du sénat, élus des territoires, intérêt d’avoir 2 chambres
    • Nécessité d’avoir une gestion locale pour députés ; a contrario attention au risque de trop d’expertise qui peut enfermer  
  • Sujet de la représentation sociale ; décisions sont souvent celles de sa culture : 
    • Réunions citoyennes pour donner un mandat local au député 
  • Casier judiciaire nécessaire vierge pour élus  
  • Transparence : 
    • Accession à l’information : la rendre plus facile et compréhensible => numérique amélioré ; accessibilité à mairie par ex pour les personnes âgées, assistance
  • Proportionnelle ?
    • Difficile quand il y a 25% des gens qui viennent voter ; OK quand ce sont 80%
    • Une personne s’exprime pour l’introduction de 15% de proportionnelle
    • Pas très compatible avec la 5è République, 
    • Mais proposition de déconnexion de la présidentielle et des législatives
  • CESE/R ?
    • Question : Quelle efficacité ? 
    • Absence de jeunes
    • Les assemblées citoyennes qui pourraient être mises en place et qui se préoccuperont des couts et de l’efficacité pourront se poser la question de l’utilité de ces instances
  • Vote obligatoire 
    • Encore coercitif !
    • Et comment va-t-on réagir pour ceux qui ne votent pas ? En Belgique, amende quand on ne vote pas. 
    • Dépend des élections
    • Pose le problème de la légitimité
  • Référendum : sur des questions LOCALES

Tour de table final : 

  • Conseil de quartier : les garder et les modifier pour travailler en lien et en toute démocratie avec les municipalités
  • Responsabilisation du citoyen : comment mobiliser les uns les autres à participer et à s’engager sur des petites choses dans une cité ? 
  • Sujet de l’assemblée citoyenne : rencontre déjà, très en proximité : les démultiplier. Inventer de nouvelles manières de faire, pour rendre accessibles 
  • Sujet de la pédagogie : responsabilité du politique, pour traduire ses idées, ses ambitions, et que ce soit accessible
  • Contre le vote obligatoire 
  • Problème de la représentation, de l’engagement dans les quartiers, comment les mobiliser ? Mais on sent de l’envie : donner des espaces de discussion
  • Joie de ce partage : demande des qualités d’écoute, d’entendre, fait se construire. Importance d’activer la relation. Manque de cœur, aller au-delà du côté technique. 
  • Trouver une formule pour pérenniser ces échanges
  • Société est en grande souffrance, beaucoup de précarité, importance de se parler et s’écouter
  • Ont appris des choses lors de ces grands débats : par ex l’existence des conseils de quartier
  • Multiplier les élus sur le terrain – avec la parité obligatoire – pour élargir le cercle
  • Pas de vote obligatoire – avec des amendes qui pèseraient encore sur les plus pauvres- et déconnexion des législatives et présidentielles ; à inverse, demande de vote obligatoire avec reconnaissance corrélée du vote blanc et limites (élection annulée quand dépasse seuil)
  • Instauration d’un service civique qui dure, pas forcément une période fixe, pour que chacun s’implique. Importance pour récupérer des enfants sans qualification, accroit la mixité sociale. 
  • Importance du civisme à tout âge : importance de l’éducation. Apprendre aux enfants ce qu’est une démocratie et ce qu’est le vivre-ensemble
  • Importance de la proximité avec les élus – et plus de communication, plus simple
  • Application des programmes et respect des décisions prises par les citoyens (ex : référendum, et aussi au niveau local)
  • Faire la distinction entre les ‘droits’, qui sont en fait la solidarité des autres. Faire comprendre le sens du devoir – ex du tiers payant qui déconnecte des coûts. Importance de l’information active. Oubli de la chance qu’on a en France. 
  • Respect rigoureux des lois
  • Remarque sur la forte qualité du débat et des échanges, globalement saluée. 

Lettre d’information

On vélorutionne le 26 avril ?

Mart O’Pickers en concert

Suivez-nous sur Instagram

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau