Zone verte : une pétition pour tenter d’avoir un débat au conseil municipal

Zone verte : une pétition pour tenter d’avoir un débat au conseil municipal

L’association Zona prend la ville de Strasbourg au mot avec son “nouveau pacte pour la démocratie” locale. Après le succès de sa pétition en ligne, elle le tente à nouveau pour que le peu qui reste de la ceinture verte soit sauvé. Objectif 2800 signatures pour avoir un débat au Conseil. On compte sur vous. 

Publicité

 

Denis Matter, le président de l’association Zona invite tous les habitants de Strasbourg (et les Robertsauviens) à soutenir sa démarche : 

Je viens de publier la pétition adressée au maire Roland Ries:

« La Ceinture Verte de Strasbourg, c’est un droit à la santé et à la nature, pas au béton.” Je vous invite à nous aider en ajoutant votre signature. Nous avons besoin de votre soutien pour sauver la Ceinture Verte de la liquidation. Notre objectif est d’atteindre 2800 signatures d’habitants de la commune de Strasbourg uniquement, de plus de 16 ans, pour obtenir un débat au Conseil Municipal.

Pour en savoir plus et pour signer, c’est ici: https://participer.strasbourg.eu

Votre signature est une étape cruciale dans votre participation à la pétition pour sauvegarder la Ceinture Verte et y arrêter l’invasion du béton. Contribuez à l’aboutissement de cette pétition en disant à vos amis et vos proches pourquoi c’est important pour vous.

“IL FAUT SAUVER LA CEINTURE VERTE DE STRASBOURG, C’EST NOTRE DROIT À LA SANTÉ ET À LA NATURE, PAS AU BÉTON.

La pétition est initiée par l’association ZONA qui depuis 1986 agit pour l’intérêt public, la qualité de l’environnement urbain, la sauvegarde du climat, la lutte contre la pollution.

Un message relayé par plus de 800 amis sur une page où vous pourrez suivre l’actualité de la pétition (https://www.facebook.com/CeintureVerteDeStrasbourg).

L’association est parmi d’autres à l’origine du Parc Naturel Urbain de Strasbourg, son engagement pour l’environnement a été salué dès 1990 par l’agrément du Préfet du Bas-Rhin et en 2018 par l’éligibilité au mécénat fiscal.

La Ceinture Verte de Strasbourg est une notion de bien commun, une “ressource” de terrains préservés par 3 lois à laquelle notre communauté se reconnaît liée et autour de laquelle elle s’organise pour en assurer la préservation.

Nous affirmons le droit à la vie de chacun et nous inquiétons de la destruction d’un capital de plus de 500 hectares promis par les lois de 1922, 1927 et 1990 à un objectif d’intérêt public (« hygiène et salubrité ») d’une actualité visionnaire, destruction menée en violation du devoir de vigilance.

Car il est tellement improbable et déraisonnable que 3 lois aient été votées pour s’approprier puis urbaniser ces magnifiques terrains comme le calcule la Ville de Strasbourg : pendant encore 400 ans à raison d’1 million de m2 au sol, pour un résultat qui après seulement 25 ans et 65.000 m2 construits déclenche déjà des questions et surtout l’inquiétude légitime des habitants.

L’objectif de ces lois est d’abord de préserver au moins 80% des terrains, et à titre d’exception d’en urbaniser 20% au maximum, mais rien n’interdit de n’urbaniser que 10% des surfaces sans que cela relève d’un défaut d’application de la loi, bien au contraire. Car la loi n’établit pas un droit de construction, mais un devoir de protection.

Nous souhaitons une réappropriation du sens de la Ceinture Verte tel qu’il ressort de l’objectif législatif et de son bénéfice pour l’Eurométropole en termes de santé publique (réduire la pollution et le stress), de réduction de l’îlot de chaleur urbain (réduire la canicule), de qualité de l’environnement (augmenter les espaces verts, parcs, jardins, terrains de sport, espaces de terre nourricière, espaces de lien social).

Avec ZONA, nous demandons un débat sur la Ceinture Verte au Conseil Municipal suivi de recommandations sur ces questions d’intérêt public local en direction des autorités compétentes pour des décisions immédiates :

  • un moratoire des constructions,
  • la préparation pour le Conseil Municipal d’un état de la situation des zones non aedificandi,
  • une nouvelle définition au PLUI des objectifs d’urbanisme en rapport avec le sens des lois, l’évolution préoccupante du climat et la dégradation de l’environnement,
  • l’instauration de la collégialité des décisions d’urbanisme pour la Ceinture Verte selon votre engagement de 2014 sur la transparence et l’intégrité de la vie publique locale.”

Suivez-nous !

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité