Inauguration festive de l’espace culturel de la mosquée

Inauguration festive de l’espace culturel de la mosquée

Le bâtiment de la mosquée est relié au nouvel espace par une belle passerelle qui donne sur la rue de l’Ill. Selon Estelle De Micheli, architecte conceptrice de l’ensemble (avec Antoine Oziol), c’est un symbole d’ouverture sur la société et de tolérance.

Publicité
A droite la mosquée, à gauche l’espace culturel, reliés par la passerelle.

Les discours des différents intervenants ont tous souligné l’esprit de tolérance et de fraternité qui doit présider aux activités culturelles qui seront abritées dans ce lieu aux proportions harmonieuses.

Officiellement, il s’agit de l’Espace culturel de l’ACDR (Association Culturelle des Deux Rives). Cette association, présidée par le Robertsauvien Chaïb Choukri, porte le projet et gère à la fois l’aspect cultuel islamique (la mosquée, inaugurée en 2015) et cette nouvelle partie culturelle destinée à accueillir des expositions, conférences, concerts, etc.

L’intérieur de la mosquée, en harmonie avec le nouveau prolongement culturel

Les autorités civiles et religieuses marocaines sont fortement présentes dans ce projet et tous les intervenants s’expriment sur un podium paré d’un côté des drapeaux français et européens et de l’autre de celui du Maroc.

Le premier étage du nouvel espace culturel accueille une exposition du photographe Fabrice Ferrer qui présente la pluralité religieuse au Maroc : églises chrétiennes, synagogues et mosquées. Symbole fort : c’est Zhor Rehihil, la conservatrice du musée du Judaïsme de Casablanca (le seul musée juif dans le monde arabe) qui présente l’exposition.

Le président de l’ACDR, Chaïb Choukri, entre drapeaux franco-européens et marocain
Un moment de consensus…
La conservatrice du musée du Judaïsme de Casablanca présente l’exposition. Derrière elle, Estelle De Micheli, architecte et Chaïb Choukri, le maître des lieux.

La météo, bien plus clémente que prévu (un signe du Ciel ?), a permis aux nombreux invités de profiter du joli jardin où les bénévoles de l’ACDR servaient un superbe buffet, au son d’un orchestre traditionnel.

Dans cette période anxiogène, on espère que les bonnes vibrations interreligieuses et multiculturelles feront école, y compris dans l’équipe municipale dont les représentants des multiples courants, entre deux clashes, se retrouvaient côte à côte à la Robertsau.

Une garden-party sympathique
Toutes les obédiences étaient représentées !

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Commentaires

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau