Les enquêtes publiques ne servent à rien

Les enquêtes publiques ne servent à rien

Ainsi va la “démocratie locale” à Strasbourg, les dossiers soumis à enquête publique sont pliés d’avance, et les avis des citoyens traités avec mépris. Le dernier conseil municipal en offre un triste exemple.

Publicité

plan_wacken

C’est l’histoire d’un avis d’enquête publique publié en plein été, où la ville demandait “le déclassement du domaine public de voirie d’une partie du parking sis à l’angle du quai du Canal de la Marne au Rhin et de la rue Pierre de Coubertin à Strasbourg-Wacken” sans en donner la raison. 

N’attendez pas que la collectivité vous la donne. Il s’agit de prendre de l’espace sur le parking gratuit de la piscine du Wacken pour y construire un parking silo afin d’offrir des places de parkings aux entreprises qui s’installeront au quartier d’affaires. (Car oui, au quartier d’affaires, il n’y pas de parking, et la ville a dû rapidement “bricoler” pour mettre en route un chantier en plein milieu de la zone verte.) 

parking_piscine_wacken 2
Et zou : un parking silo pour plus de voitures ! Chouette ! Merci la ville !

Si vous lisez l’enquête publique, jamais il n’est question d’un parking silo, jamais il n’est fait mention de la zone verte, et le dossier n’est accompagné d’aucune étude sur la fréquentation du parking de la piscine. Comment alors donner un avis sur un objet non identifié ? 

Un parking silo en pleine zone verte et sportive

Il faut savoir que l’association ZONA conteste au tribunal administratif le mode de calcul de la ville sur la zone verte. Mais au lieu d’attendre que la justice clarifie ce point, la ville fait comme si de rien n’était et continue de bétonner.

Il n’y a pas eu foule pour mettre des remarques à l’enquête publique. Mais d’après nos infos, des avis négatifs ainsi que nos questions étaient dans le rapport final. 

Cela n’a pas empêché le commissaire enquêteur de donner un avis positif à la chose. Quant aux remarques négatives et aux interrogations, ne croyez pas que cela émeuve plus que ça une administration pour qui la “concertation” est une formalité.

Thierry Roos a eu beau tenter de porter ces arguments au Conseil Municipal du 24 octobre dernier, cela n’a pas ému plus que cela le 1er adjoint. L’abstention des écologistes ? une peccadille ! La ville décide, la ville fait. Point. 

Voila un triste exemple de la “démocratie” participative à la sauce Ries / Fontanel où le citoyen n’est qu’un pion face au bulldozer de l’administration. Voilà comment on creuse un peu plus le fossé entre le citoyen et la tour d’ivoire dans laquelle vivent ceux qui “nous gouvernent”. 

Lettre d’information

La Robertsau en image

Podcast de la Robertsau

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité