Relier la place Kléber depuis la Robertsau à vélo : Thierry Roos a relevé le défi

Relier la place Kléber depuis la Robertsau à vélo : Thierry Roos a relevé le défi

Le conseiller municipal Thierry Roos a tenté de relever le défi d’un trajet Robertsau – Place Kléber 100 % piste cyclable. Autant le dire tout de suite, il n’y est pas arrivé (car c’est impossible) mais nous saluons son courage et son sens du dialogue.

Publicité

Juste avant la fin du confinement, et sous l’impulsion des associations vélos (dont Vélorution Strasbourg) l’Eurométropole a mis en place une commission pour la mise en place d’aménagements pour circuler tout en respectant les précautions sanitaires. (On y reviendra dans un autre papier). Parmi les participants en vidéoconférence le Conseiller municipal Thierry Roos. (on notera l’absence de notre toujours adjointe de quartier…). 

Il se trouve que j’ai eu l’occasion d’avoir au téléphone Thierry Roos avec qui j’ai parlé du sujet et de souligner le manque d’ambition de l’Eurométropole sur le vélo. Il me répond, comme beaucoup de personnes que j’exagère et que Strasbourg est une ville très bien équipée. Je le prends au mot, et je lui propose mon défi : relier la Robertsau jusqu’à la place Kléber 100 % vélo, 100 % pistes cyclables. 

Tout d’abord un immense merci à Thierry Roos d’avoir accepté de participer à une expérimentation d’usage sur le terrain. Je ne partage pas tous ses points de vue, mais je reconnais que c’est un homme de dialogue. J’avais proposé ce défi à l’adjoint Jean-Baptiste Gernet (en charge du vélo) qu’il a refusé. On comprendra pourquoi. Thierry Roos a au moins eu le courage d’aller sur le terrain avec nous. 

Pourquoi ce défi ? 

Il y a autour du vélo beaucoup de légendes et de croyances à Strasbourg. À force de com, beaucoup de Strasbourgeois sont convaincus que nous sommes le paradis du vélo en France, la réalité est beaucoup plus contrastée comme le souligne la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette).

D’ailleurs il suffit d’utiliser régulièrement votre vélo pour aller travailler, et non plus pour vos loisirs et ballades, pour constater une situation beaucoup plus compliquée que prévue par la brochure publicitaire. C’était d’ailleurs le sens du défi lancé il y a deux ans :”Êtes-vous capable de relier à vélo la Robertsau à la place Kléber ?

Départ Place du Corps de Garde

Donc je donne rendez-vous à Thierry Roos le mercredi 20 mai place du Corps de Garde au Coeur de la Robertsau. Accompagné de l’ami Alain Kempf, nous allons le suivre dans sa tentative de rejoindre la place Kléber à vélo – 100 % pistes cyclables. Il est à l’initiative c’est lui qui choisi le chemin. 

Je vous le disais en titre, la tentative est vaine, on ne peut pas rejoindre la place Kléber à vélo sur 100 % de pistes cyclables. La confusion vient du fait que l’on confond le vélo loisir et le vélo “transport”, le moyen qui vous permet de vous déplacer d’un point A à un point B sans interruption et que l’on ne connaît pas la réglementation cycliste. 

Par exemple, un automobiliste va tranquillement pouvoir aller place Kléber sans JAMAIS quitter son véhicule, il en va de même pour un usager des transports en commun (ligne 6 puis tram) et bien sûr pour un piéton. Il n’en est rien pour le cycliste qui va se retrouver en conflit avec TOUS les usagers de la rue, et c’est ce que Thierry Roos a expérimenté. 

Une forêt de panneaux et de statuts

Et c’est déjà mal parti dans notre exemple, puisque Thierry Roos remonte une rue, puis une voie verte (panneau vert qui tortille : c’est une voie qui accepte tout ce qui n’est pas à moteur) qui aboutit sur un feu tricolore et un passage piéton.

Si le conseiller respecte bien le feu, le Code de la route dit bien qu’il faut dans ce cas-là mettre pied à terre et traverser en tenant son vélo à la main. Voir article de Rue89 Strasbourg : les droits et devoirs des cyclistes par… l’Automobile Club

À ce stade, on n’a pas fait 1 mètre sur une piste cyclable. On va enfin en voir un bout devant le lieu d’Europe. Après l’allée Kastner (faut-il mettre pied à terre sur ce passage ? ), et pour être dans le bon sens, on traverse l’allée des Droits de l’homme. Un passage interminable en deux temps… 

Mais que signifie ce panneau ? Non ce n’est pas la fin d’une piste cyclable, mais d’une voie verte qui accepte tous les véhicules qui n’ont pas de moteur…

Devant le Palais des Droits de l’Homme, Thierry Roos choisit de prendre le quai du Canal de la Marne au Rhin jusqu’à l’IPE IV où la piste finit en eau de boudin puisqu’il faut soit traverser le boulevard Pflimlin (et un passage piéton – donc pied à terre) ce qu’il tentera d’ailleurs pour revenir sur ses roues puisque la piste était barrée par des travaux. Soit longer le Parlement Européen. 

À ce propos, vous voyez à droite un panneau d’indication (carré bleu) avec un piéton et un cycliste… j’ai un peu cherché sa signification (et donc son champ réglementaire) mais je n’ai pas trouvé. Peut-être un ancêtre de la zone partagée, peut-être un indicateur de “partageons la route entre vélos et piétons (sic)”, mais rien de probant…

Autant dire que l’idée de réussir le défi a fait long feu

À partir de ce point, c’est la confusion la plus totale, on longe le parlement, on remonte la rue du Levant pour arriver sur le quai Winterer : quelques dizaines de mètres de pistes cyclables…et puis plus rien. On finira par rattraper la piste boulevard Jacques Preiss un petit bout place de Bordeaux. 

Un petit coup à gauche (on loupe la piste au passage) avenue de la Paix – Simone Weil. (et une voiture garée comme une merde au passage), grand tour de la place de la République, une zone de grand n’importe quoi près de l’arrêt de tram, puis quai Sturm avec une bande cyclable qui finit sans crier gare (un des endroits les plus dangereux pour le vélo à Strasbourg). 

Pont de Paris : c’est Raymond Devos qui a mis les panneaux ? 

On arrive pont de Paris, où il y a deux voies pour les vélos… sauf qu’on ne peut plus rien faire. Sens interdit à gauche, interdit aux vélos devant, et sens interdit à droite : c’est Raymond Devos qui fait la circulation à Strasbourg, (pour les plus jeunes, c’est ici) un vrai sketch. 

Seule solution, redevenir piétons, traverser le pont et s’engouffrer dans le trafic voiture. 

1 heure pour rejoindre la place Kléber ? Vraiment ? 

Au final, Thierry Roos : 

  • A dû traverser 5/6 passages piétons à vélo : à 90 € l’amende on dépasse les 500 €.
  • Il a mis plus d’une heure pour le trajet (généralement en 20 mn)
  • Il a pu constater qu’il est IMPOSSIBLE de réaliser ce trajet à vélo. 
  • A vu la jungle des panneaux et des réglementations
  • A pu constater les endroits dangereux.

 Alors sur le vélo à Strasbourg on peut avoir des préjugés ou des idées préconçues . On peut tenir des discours sur “ces dangereux cyclistes qui ne respectent pas la réglementation.. ” mais rien ne remplace une expertise sur le terrain.

Le chemin chaotique qu’a pris Thierry Roos est la traduction sur le terrain d’un point de vue d’automobiliste. Il suffit de temps en temps de prendre son vélo, pour se rendre compte que la “capitale du vélo” est moins pratique qu’elle le prétend. 

Car pour s’améliorer, il faut déjà partager le constat. 

Lettre d’information

Exposition

Commentaires

La Robertsau en image

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité