Tram et école : ça coince toujours

Tram et école : ça coince toujours

La cohabitation du tram E avec les autres usagers de la rue, particulièrement les enfants de l’école de la Robertsau, continue de faire grincer des dents. 

Publicité

Le tram E est entré dans la Robertsau en terrain quasi vierge. Il n’y avait pas d’obstacle majeur, et les ingénieurs avaient toutes les possibilités de réaliser un tracé où tous peuvent cohabiter. Mais hélas, on ne change pas la nature des choses, la CTS est l’État dans l’État à l’Eurométropole. D’abord le tram, le reste après. 

La CTS a réussi à créer une série de conflits incroyables… et à inverser l’ordre des protections : le tram, puis priorité à la voiture et enfin les piétons et les cyclistes. Pas moins de 9 croisements où les cyclistes et les piétons sont en conflit ou doivent céder le passage aux véhicules polluants (voir notre papier : Piste cyclable le long du tram : Cédez le passage aux voitures !).

Mais il y a un point de crispation particulièrement tenu, c’est celui à l’arrière de l’école de la Robertsau et du parc de la Petite Orangerie. À ce niveau le tram est dans un virage en dévers et passe à près de 50 km/h. C’est pourtant le point de sortie des enfants, des parents avec un croisement avec la piste cyclable qui doit changer de côté. 

Les parents d’élèves ont déjà manifesté le 3 juillet 2019 et ont lancé une pétition sur le site participer.strasbourg.eu (deux signatures à ce jour). Une réunion sur le terrain avec la l’Eurométropole, les parents d’élèves et le conseil de quartier a eu lieu cet été et quelques aménagements ont été proposés : 

  • Réduction de la vitesse du tram aux heures de sortie de l’école
  • Mise en place d’une signalisation spécifique

Pour le reste aucune avancée. Les parents ont beau rappeler que la sortie de secours de l’école donne directement sur les voies du tram, qu’un tram met 100 mètres pour s’arrêter ou 50 m dans le cas d’un freinage d’urgence, les représentants des autorités n’ont pas voulu accéder à la demande des parents de mettre en place des personnes physiques (comme on peut en trouve par exemple à l’école de la Niederau) au moment des sorties. 

Une ligne accidentogène ? 

La question peut légitimement se poser. L’extension du tram E se révèle-t-elle accidentogène ? La hauteur des panneaux et leur nombre prouvent que les autorités veulent se “protéger”, la multiplication des barrières et chicanes est bien la démonstration que les risques ont été sous-estimés au profit du tram et de la voiture. 

Sur Twitter, il avait il y a 14 jours cet énigmatique message.

On a demandé plus de précisions, la CTS nous a répondu qu’elle “n’en savait pas plus….” Un pieux mensonge pour ne pas avouer un accident. Il est difficile de croire que l’on puisse interrompre le tram sans en connaitre les raisons. 

On nous a également signalé un freinage d’urgence le mercredi 21 août, peu après 16 h : le tram a freiné brutalement pour éviter le cycliste, puis est reparti. (Si vous avez d’autres témoignages : blog@robertsau.eu)

Et rue Adler ? 

Cela dit, si on parle de dangerosité du tram, on peut également se tourner vers la rue Adler et la rue du Parc… et pour le coup, c’est le règne de la voiture. Pas de panneaux, des enfants qui doivent marcher sur la route, un parking… un peu d’équilibre dans les revendications ? 

Des feux clignotants pour les voitures ? 

Mais si la vitesse du tram et les croisements sont des problèmes, les nombreuses intersections où la voiture est prioritaire sur les vélos ou les piétons s’avèrent compliquées. 

L’une des solutions serait peut-être de mettre les feux tricolores pour les voitures orange clignotant. Il n’y a en effet aucune signalisation de la traversée des vélos du côté des voitures et cela permettrait aux vélos et piétons de passer plus rapidement. Une proposition actuellement rejetée par les autorités qui donnent clairement avantage à la voiture. 

Il faut un changement de méthode.

C’est bien beau de tracer une ligne de tram, mais il faut prendre en considération tous les usagers… et ne pas bricoler après. La même chose est en train de se dérouler à l’entrée de la Robertsau avec l’installation de la Foire européenne et du nouveau PEX… encore une fois on décide d’en haut, les Strasbourgeois n’ont qu’à s’adapter. Alors, participez nombreux à l’enquête publique sur le sujet. 

 

 

 

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité