“Plus jamais ça”

“Plus jamais ça”

“Plus jamais ça”, trois mots figurent sur la stèle inaugurée lundi 27 janvier au cimetière Nord de la Robertsau, en mémoire au million de Tutsis exterminés au Rwanda en 1994.

Publicité

“Un million de massacres, en seulement cent jours, seulement un demi-siècle après la Shoah où toutes les Nations avaient pourtant dit “Plus jamais ça””

Proclame solennellement l’Ambassadeur du Rwanda en France, François-Xavier Ngarambe, aux côtés d’Immaculée Cattier-Mpinganzima, Présidente de l’Association Amariza Alsace et du Maire de Strasbourg Roland Ries, lors de l’inauguration de la stèle honorant le million d’hommes, femmes et enfants qui ont été exterminés au Printemps 1994, car nés Tutsis.

 

À l’extrémité du Cimetière Nord de la Robertsau, dans l’angle sud ouest, l’émotion est forte, en ce lundi après-midi 27 janvier.

Le 27 janvier (il s’agit d’une date symbolique car elle correspond à l’anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau), a lieu la journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité. Chaque année, le ministère chargé de l’Éducation nationale invite la communauté éducative à engager une réflexion avec les élèves sur la Shoah et les génocides reconnus, en liaison avec les programmes scolaires.

C’est dans cette optique que quelques élèves du collège Louise Weiss, Rue St Aloïse à Strasbourg-Neudorf ont co-animé la cérémonie. Christelle Muller, Principale du collège, qui ne se résout pas à entendre proférer des propos racistes dans son école a ainsi impulsé un grand projet d’établissement pour « éviter la banalisation du racisme et des discriminations ».

Nous lisons également dans l’agenda du site dédié à la citoyenneté européenne de Strasbourg.eu “Lieu d’Europe” :

“Strasbourg, capitale européenne des droits de l’Homme et symbole de la réconciliation franco-allemande, a une responsabilité particulière dans l’entretien du travail de mémoire et de la vigilance démocratique.
Dans ce contexte, la Ville se mobilise régulièrement pour sensibiliser les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois aux massacres et aux génocides commis dans le monde.”

Strasbourg n’est pas la première Ville française à honorer le génocide rwandais, d’autres ont ouvert la voie :

  • Cluny, dans le sud de la Bourgogne, la première en 2011, le 9 avril
  • Dieulefit en 2013, le 29 juin, la stèle est érigée place Marguerite Soubeyran et Catherine Krafft, en centre-ville
  • Paris en 2014,  une stèle commémorative est inaugurée au cimetière du Père Lachaise le 31 octobre par Anne Hidalgo
  • Toulouse en 2014 au Jardin Raymond VI, le 27 septembre
  • Garges-lès-Gonesse : Stèle à la Mémoire de trois Génocides “Arménie, Rwanda, Shoah. Hommage aux victimes des génocides” en 2017
  • (…)

 

Le cimetière Nord de la Robertsau, est rappelons le, le plus grand cimetière de Strasbourg,  il s’étend sur 18 hectares. Aménagé à partir de 1914, une particularité de ce lieu réside dans les nombreuses niches aménagées dans le mur de clôture pour recevoir les urnes contenant les cendres des défunts, à une période où la crémation était encore relativement peu répandue. Le cimetière est conçu comme un vaste jardin à la française avec de belles allées arborées, des carrés délimités par des haies, qui favorise le recueillement. L’étang s’est formé lors de l’extraction du sable et du gravier pour la construction et a été intégré ensuite à l’organisation générale de l’espace funéraire. Il abrite déjà plusieurs remarquables monuments funéraires. (En savoir plus)

Un carré dit “du Struthof” perpétue également le souvenir des victimes de la barbarie nazie.

Un peu d’histoire :

Le 6 avril 1994, le président du Rwanda Juvénal Habyarimana est assassiné. Alors qu’il s’apprêtait à atterrir à Kigali, son avion est abattu par un tir de missile et s’écrase. Il n’y a aucun survivant. L’attentat fut l’élément déclencheur du génocide réalisé par le Hutu Power (Mouvement idéologique d’extrémistes hutus au Rwanda partisan du nationalisme ethnique). Les massacres des opposants hutu dans les premières heures, puis de milliers de Tutsis commencent aussitôt et simultanément dans une grande partie du Rwanda, les exécutions se déroulent pendant trois mois. Les massacres atteindront des sommets dans l’horreur et le nombre d’exécutants en font un des événements les plus atroces du XXe siècle. Le 30 avril 1994, le bureau politique du Front patriotique rwandais publie un communiqué selon lequel le génocide est presque terminé. Les massacres ne cesseront complètement que courant juillet, mais on estime que 80 % des massacres étaient accomplis à la mi-mai. (En savoir plus / Source Wikipédia)

Lettre d’information

Exposition

La Robertsau en image

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
En savoir plus

 

Génocide des Tutsis au Rwanda :  Article Wikipédia 

27 janvier, journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité : Ministère de l’Education Nationale

Cimetière Nord de Strasbourg : Article Archi-Wiki

Article du blog : ICI

Publicité
Publicité