Zoom sur la Cité des Chasseurs (suite)

Zoom sur la Cité des Chasseurs (suite)

La plus vieille maison du quartier en sursis, une haie pour protéger l’école contre les pesticides, des “cheminements doux” en réflexion… Voici la suite des échanges en visioconférence (fin mars) avec l’adjoint référent du quartier Marc Hoffsess et les représentants de la Direction du territoire.

Publicité

Patrimoine en péril ?

Parmi les opérations “privées” au programme de la réunion virtuelle, figurait un projet de “deux petits immeubles collectifs de 8 logements chacun ” au 59 route des Chasseurs. Cette adresse n’est autre que celle de la plus vieille maison du quartier, l’ancien relais de chasse (“Zum Jäger” ou “Kalte Jäger” selon les historiens). Elle n’est pas perpendiculaire à la rue, comme les autres maisons voisines, car construite au bord d’un chemin qui existait bien avant que naisse la route des Chasseurs, qui lui doit probablement son nom (et la Cité des Chasseurs aussi). C’est le seul bâtiment “patrimonial”  restant du secteur et les anciens du quartier, qui l’ont toujours connu, seraient bien désolés de le voir démoli.

Marc Hoffsess a indiqué que Suzanne Brolly, adjointe en charge notamment du PLU et de la police du bâtiment, avait réagi lors du dépôt de la déclaration d’intention d’aliéner (DIA, que tout vendeur doit effectuer avant une transaction) : elle a envisagé que la Ville préempte le bien et a demandé une visite préalable, à la suite de quoi le propriétaire a retiré sa déclaration.

Donc, pour l’instant la maison (et son grand terrain au bord de l’Ill) n’est plus à vendre, mais c’est un sujet à surveiller. Marc Hoffsess rappelle qu’une préemption n’est pas uniquement une question financière : la municipalité ne peut se porter acquéreuse d’un bien que s’il y a une finalité collective (habitat, activité économique, mise en valeur patrimoniale…).

L’ancien relais de chasse vu depuis la route des Chasseurs et depuis la rive droite de l’Ill

Par ailleurs, un habitant propose que la Ville préempte des locaux pour y installer des commerces ; Marc Hoffsess confirme que c’est possible via la société municipale Locusem. Mais aucun projet n’est à l’étude pour l’instant. Pour mémoire, les commerces alimentaires de détail (à l’exception de la boulangerie Roth, en bordure du quartier) ont déserté le secteur au fil des décennies sans être jamais remplacés ; la viabilité économique n’est donc pas évidente.

Des haies contre les pesticides

Les champs cultivés derrière l’école Pourtalès occasionnent des épandages de pesticides qui préoccupent les parents d’élèves ainsi que les utilisateurs des jardins associatifs à côté. A l’initiative de parents d’élèves et d’habitants du quartier une opération de plantation de haies a été effectuée à la fin de l’hiver, avec le soutien de la Ville et de l’association Haies Vives d’Alsace. A terme, ces haies devraient former une barrière protectrice, mais aussi favoriser la biodiversité en abritant des insectes, oiseaux… Marc Hoffsess précise qu’il a demandé à l’agriculteur de modifier la disposition de ses champs, notamment en éloignant de l’école les cultures de maïs, les plus consommatrices d’intrants de synthèse.

Doit-on conclure de ces plantations de haies, qui n’atteindront leur pleine hauteur que dans quelques années, que la municipalité n’envisage pas dans un avenir proche que les terres cultivables dont elle est propriétaire passent en agriculture biologique ?

Les plantations effectuées par les habitants (adultes et enfants) accompagnés par Haies Vives d’Alsace

Les rives des cours d’eau aménagées un jour ?

Alors que le quartier est construit au bord de l’eau, les berges de l’Ill et du Muhlwasser ne sont accessibles qu’en certains points. Dans le cadre du Parc naturel urbain (PNU Ill-Rhin), des réflexions ont été engagées sous la précédente municipalité, et se poursuivent pour créer des « cheminements doux » (piétons et cyclistes) le long des voies d’eau. Mais les difficultés sont nombreuses, notamment du fait que les berges sont occupées en grande partie par les jardins des riverains (ainsi que des jardins familiaux au quai des Joncs), pas très chauds sur le principe. Les autorités municipales assurent que rien ne se fera sans l’accord des intéressés. On n’en est qu’aux prémices d’un projet à long terme et “ça se fera ou pas”…

Pour Marc Hoffsess, une voie cyclable le long du Muhlwasser, au sud de la route des Chasseurs et jusqu’au Doernel, serait idéale pour éviter la route de la Wantzenau, impossible à aménager pour les vélos entre le centre sportif et la rue Boecklin. Effectivement, les cyclistes du quartier peuvent rêver de ce bel itinéraire rectiligne pour aller vers le centre-ville, mais il faudra être patient.

L’Ill, derrière la “cité des Joncs”, au nord du quartier (vue depuis la rive schilikoise)
Pourra-t-on parcourir un jour toute la Robertsau le long de l’eau?

La route des Chasseurs refaite

Au moment de la réunion, il était question que les travaux de remplacement de la couche de roulement aient lieu pendant les vacances de Pâques ; finalement, ils se déroulent au mois de mai (voir notre article). Un riverain alerte sur l’imprudence de certains automobilistes qui ne respectent pas les limitations de vitesse (tout le quartier est en zone 30). Les services compétents seront chargés de vérifier la réalité du problème (avec contrôles radar et verbalisations, qu’on se le dise !) avant d’envisager la mise en place de dispositifs de ralentissements. De toute façon, en principe on ne touche pas à la voirie dans un délai de 3 ans après les travaux de réfection en cours…

Bye bye Zoom ?

L’amélioration des conditions sanitaires et la disparition du couvre-feu devrait permettre aux élus et agents municipaux d’échanger à nouveau avec les habitants « en présentiel ». Cela dit, les conditions techniques (son, image) de cette visioconférence étaient plutôt satisfaisantes. Prévue entre 18h30 et 20h15, elle s’est prolongée jusqu’à 21 heures et les échanges ont été courtois, avec une bonne écoute de part et d’autre. Curieusement, alors qu’on utilise un outil hi-tech tel que Zoom, aucune adresse de courrier électronique n’est fournie pour éventuellement demander des compléments d’information (et si on essaie, on n’obtient pas de réponse !), aucun document n’est consultable en ligne (sauf une page tronquée du courrier aux riverains).

Lettre d’information

La Robertsau en image

Podcast de la Robertsau

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité