Non à l’extension de l’école européenne à la Robertsau réservée à une caste !

Non à l’extension de l’école européenne à la Robertsau réservée à une caste !

85 000 € sont prévus pour réaliser une étude sur l’éventuelle extension de l’école européenne. Et si on faisait des économies ou en profitait pour les investir dans les autres écoles de la Robertsau ? 

Publicité

Le contrat triennal que le président Macron est venu signer à Strasbourg 17 avril 2018 prévoit une étude (article 2.7) pour la création d’une nouvelle école européenne à Strasbourg. Une étude à 85 000 €.

Rappelons que les collectivités locales (Région, Département et Ville) ont déboursé plus de 34 millions pour l’école européenne de Strasbourg, l’État ayant mis à disposition le terrain (ex petit bois) pour un montant de 5 millions. 

Pourquoi financer une école de caste ? 

Car l’école européenne est la seule école dite “publique” que vous ne pouvez intégrer que grâce au métier de vos parents ou si vos frères et sœurs font partie du sérail. C’est totalement normal pour une école privée, mais une école dont le fonctionnement est financé par l’état (les professeurs), la région (le lycée), le département (collège) et la ville (élémentaire et maternelle) devrait être ouverte à tous. Et ce n’est pas le cas. 

Le contraire de l’esprit européen

Imaginez que vous alliez dans un pays étranger. Ne seriez-vous pas désireux que vos enfants s’enrichissent en allant apprendre la langue du pays, sa culture et aller à la rencontre de ses habitants ? L’école européenne c’est au contraire l’entre-soi. Tout le contraire de l’esprit européen. 

À Strasbourg, le programme d’enseignement de l’école européenne est décidé à Bruxelles. Le ministère de l’éducation nationale n’a pas son mot à dire, juste à sortir le chéquier. Les frais d’entretien et fonctionnels du bâtiment sont supportés par la Région, le Département et la Ville. 

On résume : c’est parce que leurs parents travaillent dans les instances européennes et internationales que vous avez le droit d’inscrire vos enfants dans une école dont le programme éducatif est décidé ailleurs. On appelle cela une caste qui reste entre elle. 

C’est comme si les boulangers avaient une école uniquement pour les enfants de boulangers ou de meuniers payée par nous tous mais où les citoyens n’auraient pas droit de regard. 

Alors si aujourd’hui, l’école européenne veut s’agrandir, il faut que ce soit pris en charge par le budget des institutions internationales. 

Et si on investissait l’argent des Strasbourgeois dans les écoles de la Robertsau ? 

Car elles ont grand besoin d’investissement ces écoles. Ne serait-ce que pour l’investissement dans les nouvelles technologies. Comme par exemple ce témoignage d’une enseignante de la Cité de l’Ill rapporté par France 3 Alsace (Coup de gueule d’instits strasbourgeois: à quand un déclic numérique dans les écoles ?

“Notre salle info est équipée d’une vingtaine de postes qui ne fonctionnent pas tous et quand tous les postes sont connectés, le réseau ne fonctionne plus. Pas d’ordi dans les salles de classe, pas de vidéoprojecteur suspendu. Du coup, dès que l’on veut projeter quelque chose, c’est le système D. On bidouille une installation, ça prend du temps, il y a des branchements partout, je dois utiliser mon smartphone pour faire un partage de connexion.”

Ou encore à la Niederau où la cour se transforme en piscine dès qu’il pleut (ce qui arrive rarement en Alsace, convenons-en…)

La cour de l’école de la Niederau se transforme en piscine

Ou pour supprimer les préfabriqués de l’école élémentaire de la Robertsau (rue Adler).

Ou les préfabriqués de l’école maternelle de la Robertsau rue du Sentier Christ. 

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Commentaires

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
En savoir plus

Sur le Blog de la Robertsau : 

La fiche de l’école européenne dans notre annuaire

Les candidatures sont examinées dans l’ordre de priorité suivant et dans la limite des places disponibles : 

Tout d’abord, l’école est prioritaire et de plein droit pour les enfants dont les parents travaillent dans des institutions et agences européennes communautaires (A)

Ensuite : 

  • Les enfants dont les parents travaillent au Conseil de l’Europe, la Pharmacopée, Droits de l’homme, Eurocorps ou l’école Européenne (cette dernière nous fait rire jaune) B1
  • Enfants dont les parents travaillent dans les représentations diplomatiques et consulaires / B2
  • Enfants dont l’un des parents exercent des responsabilités à l’international / B3
  • Enfants ayant comme langue maternelle unique l’allemand ou l’anglais / B4
  • Enfants dont la famille a un projet de mobilité européenne / B5

Cerise sur le gâteau, si vous avez réussi à rejoindre le cercle des privilégiés, vous êtes prioritaire pour votre famille : 

Dans le cas où le nombre de candidatures dans une même catégorie (B1, B2, B3, B4 et B5) serait supérieur au nombre de places disponibles, seront admis en priorité :les frères et sœurs des élèves en cours de scolarité à l’école européenne ;
les élèves issus d’une autre école européenne.

Publicité
Publicité