Tournée du maire : du nouveau à la Tour Schwab

Tournée du maire : du nouveau à la Tour Schwab

La principale annonce faite lors de la tournée robertsauvienne de Roland Ries, samedi 27 octobre, est la transformation de l’ancienne Coop de la Cité de l’Ill en une « maison urbaine de santé ». Par ailleurs, au cours des différentes étapes de la visite, les habitants ont pu interpeller l’équipe municipale sur de nombreux sujets.

Publicité

Foyer, berges de l’Ill…

Le maire traverse le marché accompagné de l’adjointe de quartier et de la conseillère municipale Mina Bezzari. C’est Pierre Bardet, directeur des Vitrines de Strasbourg qui semble piloter le groupe. Quelques personnes s’interrogent sur son passage : tiens, il s’intéresse à nouveau au quartier ? En fait, la visite au marché avait été précédée par une réunion avec les commerçants (à laquelle nous n’étions pas conviés) où a été  dévoilé le nom de la nouvelle association de commerçants dont nous vous avions annoncé la création. Ce sera donc Rob.Com voir DNA (article pour abonnés).

Pierre Bardet (à droite) va offrir une “arche de lumière” qui décorera le quartier pour Noël

Devant le Foyer Saint-Louis, le maire rappelle que le bâtiment n’est « plus à vendre » et renvoie les responsables associatifs qui voudraient en faire un lieu de vie pour le quartier vers la paroisse. Interrogé sur la fermeture du Quai du Bassin de l’Ill durant les sessions parlementaires, Roland Ries rappelle sa position : le Parlement réclame la fermeture pour des raisons de sécurité. Le maire est obligé de céder à cette requête car il serait pénalement responsable en cas d’attentat. On lui rappelle que si le danger n’est présent que quatre jours par mois, il n’y pas de raison que la Promenade Alcide de Gasperi, en face, soit complètement fermée depuis des années.

Et là, surprise ; le maire tombe des nues : « ah bon, c’est fermé ? Mais qui a pris la décision ? ». On sent un embarras dans l’entourage ; cela fait des mois qu’on manifeste et qu’on bombarde la mairie de courriers à ce sujet et visiblement « ça n’a pas imprimé » au sommet. Promis, la question va être étudiée immédiatement !

Un habitant de la rue du Parc s’étonne que la Ville ait délivré, contre l’avis des riverains, des permis de construire pour des constructions qui dénaturent ce secteur au cachet « Neustadt », alors qu’on lui a refusé la construction d’un garage dans son jardin pour des raisons esthétiques.

Les Algeco de la mairie de quartier. Alors, provisoire pour combien de temps encore ?

Rue Kempf, Petite Orangerie…

Le groupe se dirige vers la médiathèque en faisant un arrêt à la mairie de quartier pour visiter les locaux provisoires (qui durent !) des bureaux de l’adjointe de quartier. Puis la discussion avec les habitants reprend, d’abord au chaud à l’intérieur de la médiathèque, puis devant au froid. Nicole Dreyer parle de la concertation en cours sur le devenir du parc de la Petite Orangerie ; les souhaits sont contradictoires entre les demandes d’espaces de jeux ou de convivialité et la tranquillité des riverains. On étudie aussi la question de l’éclairage ; pour l’instant le parc est éclairé toute la nuit, et le voisinage se plaint de nuisances ; peut-être faudrait-il instaurer une extinction des feux.

À la médiathèque, on discute au chaud, mais pour ne pas déranger les usagers, tout le monde doit poursuivre la conversation dehors.

Des riverains de la rue Kempf interpellent les élus sur la circulation automobile de plus en plus intense sur cette voie, devenue un itinéraire de contournement de la route de la Wantzenau, notamment via le chemin du Grand Belzwoerth. L’adjointe de quartier évoque un projet de « coupure » du Grand Belzwoerth, qui ne pourrait plus être traversé, tout en restant accessible, ce qui suppose un parking avec possibilité de faire demi-tour. Cela nécessite l’acquisition de terrains par la Ville, qui est à l’étude. Les riverains objectent que cette solution n’empêchera pas le trafic qui emprunte la rue de l’Angle pour rallier la route de la Wanzenau. À suivre…

À côté des doléances diverses qui constituent la majorité des interventions des citoyens, il y a aussi quelques témoignages positifs. Plusieurs personnes sont venues dire leur satisfaction par rapport à la « zone bleue » de stationnement, qui semble bien fonctionner rue Boecklin. Un monsieur âgé, riverain du chantier du tram, raconte comment il a sympathisé avec le personnel, toujours charmant, des différentes entreprises qui se sont relayées.

Ambiance chaleureuse malgré le froid. La dame au premier plan demande une voie cycliste à contresens dans la rue du Parc

Maison de santé et street workout

Après un passage sur le chantier de rénovation de la rue de l’Ill, les élus se retrouvent devant la Tour Schwab, à la Cité de l’Ill. Ils sont rejoints par par Jean-Baptiste Gernet, adjoint aux « mobilités alternatives » et Philippe Bies, adjoint au maire, mais surtout président d’Habitation Moderne, le bailleur social propriétaire que quartier. Nicole Dreyer souligne la présence de tous les acteurs associatifs du quartier : CSC Escale, Secours populaire, paroisses et mosquée, Amis du Cheval, Club de football… Les échanges sont vifs et le directeur de l’Escale est pris à partie par des habitants de la Cité de l’Ill qui lui reprochent de ne pas assez prendre en compte les besoins du quartier. Hakim Koraich répond en faisant la liste des activités organisées. Un jeune sportif présente son projet d’aménager une salle de sports dans le sous-sol de la Tour Schwab.

On se dit les choses franchement, devant les commerces dont la façade sera refaite

Philippe Bies, lors d’une visite précédente du quartier en janvier 2016, avait annoncé l’ouverture d’un commerce attractif dans les locaux de la tour jadis occupés par le supermarché Coop. L’opération avait capoté et il s’est avéré impossible de trouver une entreprise commerciale souhaitant s’y implanter. L’ex-député annonce qu’une solution est enfin trouvée : Habitation Moderne va transformer l’espace en une Maison Urbaine de Santé (MUS) de 700 m², moyennant un investissement de 1,6 million d’euros. Les professionnels de santé actuellement installés au 18 rue de la Doller seront transférés dans les nouveaux locaux. Les médecins généralistes concernés étaient d’ailleurs présents et se réjouissent du projet. A terme, la MUS devrait accueillir

  • 4 médecins généralistes
  • 2 kinésithérapeutes
  • 2 orthophonistes
  • un centre de soins dentaires (en partenariat avec la Mutualité Française Alsace)
  • une sage-femme
  • un bureau pour un.e infirmier.e

De plus, un bureau multi-activité permettra d’organiser des permanences pour d’autres professionnels de santé ou associations. Philippe Bies annonce également que les façades des commerces su parvis de la Cité seront rénovées, pour un budget de 500 000€.

Philippe Bies (à gauche) s’apprête à annoncer le projet de maison de santé qui occupera le local situé derrière le groupe.

Dernière étape : l’inauguration du street workout à l’extrémité nord de la rue de la Doller (derrière le terrain de football). Il s’agit d’agrès permettant l’entretien musculaire et la remise en forme, accessibles gratuitement par tous. Le coût de cette réalisation est de 50 000€. Son inauguration officielle, suivie d’un pot dans locaux voisins de l’Escale conclut la « tournée du maire ».

Vous vous demandiez ce qu’est un “street workout”? C’est ça !
De gauche à droite : Nicole Raeppel (déléguée du Préfet), Roland Ries, Nicoles Dreyer, Philippe Bies, Mina Bezzari et Jean-Baptiste Gernet
Bies sur les traces de Ries ? Certains y verront un signe !

Photos : A. Kempf

 

Suivez-nous !

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité

2 commentaires

  1. Rheinmuse
    4 novembre 2018

    Aucun contact avec l’ADIR ou l’ASSER lors des différents points de rencontre avec le maire et ses sbires ? Mais 1,5 K € pour réaménager le rdch de la Tour Schwab en maison médicale ! Et le projet avec le Foyer Saint-Louis est à nouveau au point zéro. … quels progrès !!!! S’il n’y a pas d’autres ambitions pour le quartier – pas la peine de se battre. Il est vrai que j’avais oublié que les promesses sont toujours faites lors des campagnes électorales pas en fin de mandat……

  2. Carlo
    5 novembre 2018

    Et puis quelle fin de mandat ! Avec une “majorité” municipale qui est devenue en fait l’agrégation d’une myriade de partis et courants, sans doute devenus minoritaires au sein de la population (rappelez vous la débandade du précédent gouvernement). En fait la seule force de l’actuelle “majorité” est l’absence-à ce jour- d’une opposition suffisamment representative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.