Ex-Route EDF : la Ville résistera-t-elle à la tentation (de l’ouvrir) ?

Ex-Route EDF : la Ville résistera-t-elle à la tentation (de l’ouvrir) ?

Dans les conclusions de la mission sur la route du Rhin, la piste de l’ouverture d’une route vers le nord pour “soulager le trafic” est envisagée. On ne lutte pas contre la pollution, on la déplace : un concept novateur à la Ville. 

Publicité

C’est pas peu dire que le Blog de la Robertsau ne le sentait pas venir. En novembre 2018 nous écrivions un papier sur le sujet “Route VNF (ex-EDF) : l’Eurométropole va-t-elle l’ouvrir ?”  précédé de celui de juin 2018 “Forêt de la Robertsau : la route EDF va-t-elle être ouverte à la circulation des poids lourds ?”. Et voilà qu’une mission suggère de déplacer la pollution de l’avenue du Rhin vers la forêt de la Robertsau.

Car, comme le rappelle Rue89 Strasbourg dans son article “Vingt idées pour réparer l’avenue du Rhin ratée

En 2019, cet axe de 2×2 voies est l’un des cauchemars strasbourgeois : bien que peu d’accidents y soient recensés, elle est trop bruyante, trop polluée (dont 40% vient du trafic routier) ou inesthétique. Pourtant, tout le long de l’axe Deux-Rives, les logements et bureaux se multiplient depuis deux mandats. Et ce sont donc autant des potentiels électeurs mécontents.

Camions, trafic, manque d’alternatives… Un consensus se dégage pour dire que l’avenue du Rhin est ratée. Comment l’améliorer ? (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

La politique de bétonnisation a fait son œuvre. On construit à tout va, y compris sur des axes pollués et on essaye de résoudre les problèmes après. Les véhicules, les camions et les activités du Port du Rhin étaient pourtant bien présentes avant le lancement de l’urbanisation massive. Ainsi donc, une “Mission d’Information et d’Évaluation sur les perspectives de l’avenue du Rhin ” présidée par l’élue Camille Gangloff, dans ses propositions, propose à moyen terme : 

Privilégier d’autres accès au PAS, dont l’accès sud, et renvoyer la circulation vers d’autres jalonnements. Faut-il prévoir un deuxième accès au PAS ? la mission est partagée, certains de ses membres y étant opposés alors que d’autres pourraient l’envisager si besoin, après la mise en place des autres préconisations et tenant compte du contexte environnemental.

En d’autres termes ouvrir une autoroute à camions le long de la forêt de la Robertsau en cours de classement. Une aberration. Il s’agit là d’un effet d’opportunisme du Port Autonome présidé par Catherine Trautmann. En effet le projet est dans les cartons depuis longtemps et le Port ne s’en cache pas.  

Dans le cadre de la mise en service à terme du Contournement Ouest de Strasbourg et des réflexions en cours sur la requalification de l’A35, le PAS a souhaité bénéficier d’un accès dédié au trafic poids lourds venant par le nord pour ainsi compléter l’accès sud qui sera conforté à l’occasion des travaux de la Rocade Sud.

Les principes d’aménagement et de fonctionnement d’un accès nord seraient les suivants : aucune circulation de transit de VL ne serait autorisée, seuls les trafics PL à destination ou d’origine portuaire seraient autorisés, un système de contrôle d’accès avec identification et d’annonces des camions serait mis en place ainsi qu’une régulation du trafic.

Le groupe socialiste à la manœuvre

Une option qui divise la majorité du conseil municipal. C’est plutôt les socialistes qui sont favorables à cette ouverture alors que les élus “En Marche” ou proches sont vent debout. Comme Thierry Roos :

“Alors que la crise du climat est en alerte rouge sur la planète et sera le point majeur des prochaines élections, l’ouverture de la route EDF Nord qui longe la forêt de la Robertsau en voie d’être classée réserve naturelle est une aberration alors que le PPRT n’autorise pas une telle circulation mettant en danger la population. La faune, la flore et les habitations à proximité seront exposées au flux de camions interdits avenue du Rhin, pourquoi seraient ils autorisés à la Robertsau ? Est-ce un espace vert de plus à envahir et à salir ? On est en train de sacrifier les derniers espaces naturels des Strasbourgeois cela va à contre sens de la sauvegarde de notre environnement . Nous n’avons pas de plan B pour notre planète, il en faudra un pour notre forêt. “

Françoise Pfersdorff, conseillère départementale du canton 4 du Bas-Rhin : 

“Je rejoins l’avis de plusieurs élus qui émettent de sérieuses réserves et s’opposent à l’accès par le nord le long de la forêt de la Robertsau du flux de camions en lien avec le Port autonome de Strasbourg- première zone d’activités industrielles en Alsace – dont il est intéressant de rappeler que la Ville de Strasbourg s’est construite autour au fil des siècles.

Le débat sur la circulation avenue du Rhin à Strasbourg qui a animé le conseil municipal lundi dernier illustre le difficile équilibre à trouver entre activités industrielles, leurs effets induits et protection de l’environnement, et celle des riverains. Le classement en réserve naturelle de la Robertsau et de la Wantzenau initié en 1988 par Marcel Rudloff puis par Catherine Trautmann, le poumon vert de la capitale de l’Europe est toujours en cours ainsi que celui de son périmètre de protection. Même si « l’accès nord n’est pas encore une proposition mais un sujet à l’étude «, il y a urgence à rappeler que la route de la VNF sise entre le Rhin et la forêt, n’est pas inclus à ce jour au périmètre de protection de la future réserve naturelle. Cependant la DREAL avait indiqué dans son avis rendu l’année dernière « que le cas échéant tout projet en matière d’infrastructure concernant la route VNF ( accès nord) devra démontrer qu’il n’impacte pas la future réserve sur le plan environnemental ».

Christel Koehler, l’adjointe à la Nature en ville n’est pas en reste (voir son intervention au conseil municipal du 24 juin à 51′)

Nous avons joint Camille Gangloff : 

La priorité c’est de diminuer le trafic routier pour protéger des nuisances et assurer la sécurité des habitants dans les trois prochaines années sur la route du Rhin.

et de rappeler les pistes prioritaires : 

  • Mieux informer sur les interdictions et les conditions de circulation pour favoriser d’autres itinéraires :
  • Rendre effective l’interdiction de transit des poids lourds (25 % des camions actuellement – NDLR) 
  • Élargir l’arrêté d’interdiction de circulation des poids lourds de 22h à 6h à l’avenue du Rhin
  • Interdire les poids lourds sur l’avenue du Rhin dès le premier jour des pics de pollution
  • Installer des radars de contrôle de vitesse
  • Aménager pour sécuriser
  • Élargir aux quartiers du Danube, du Port du Rhin et des Deux Rives le dispositif de livraison de marchandises déjà mis en place sur la Grande Île
  • Renforcer les critères de prise en compte de la qualité de l’air dans les documents cadre d’urbanisme
  • Végétaliser autant que nécessaire les abords de l’Avenue du Rhin
  • Renforcer les transports collectifs en optimisant le tram D et en ouvrant la gare du Port du Rhin
  • Lutter contre l’autosolisme, développer les mobilités actives et les nouvelles mobilités
  • Informer et accompagner aux mobilités alternatives
  • Lancer une étude prévisionnelle sur l’impact de la réduction du trafic sur la qualité de l’air

L’élue reste ouverte dans un second temps à l’ouverture d’un accès supplémentaire pour le port par le Nord. A priori, ce n’est pas sa solution préférée, mais elle accepte de l’envisager. Ce n’est pas un non catégorique quitte à avoir une réglementation spécifique. Mais on sait qu’une fois que les vannes sont ouvertes….

Pourtant la Ville a refusé d’inclure la route EDF dans le périmètre du classement de la forêt de la Robertsau au prétexte que l’on ne peut pas classer du bitume. Pourquoi pas. Mais cela aurait surtout permis de ne pas avoir ce débat aujourd’hui, et de la part d’une ville et d’une collectivité qui sont capables de ne prendre en compte que les piles de ponts dans les surfaces pour calculer la reste à urbaniser de la ceinture verte ou d’y inclure les rivières, cimetières… on peut légitiment craindre qu’ils n’auront peur de rien pour arriver à leur fin. 

Enfin, l’idée est bien de diminuer la pollution, pas de la déplacer. Plus que jamais, la question du déménagement du Port aux pétroles est d’actualité. Un dossier à prendre pour les prochaines municipales ? 

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Commentaires

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité