Travaux au carrefour Papeterie : une mise en danger des piétons, cyclistes et personnes handicapées

Travaux au carrefour Papeterie : une mise en danger des piétons, cyclistes et personnes handicapées

Les travaux de réseaux au carrefour de la rue de la Papeterie, rue de l’Ill et route de la Wantzenau nous laissent pantois. Les piétons, cyclistes et personnes handicapées ont été totalement oubliés. Le Blog de la Robertsau a écrit au Maire de Strasbourg et au Président de l’Eurométropole pour qu’un drame n’arrive pas.

Publicité

Les travaux de réseaux au carrefour de la rue de la Papeterie, rue de l’Ill et route de la Wantzenau nous laissent pantois. Les piétons, cyclistes et personnes handicapées ont été totalement oubliés. Le Blog de la Robertsau a écrit au Maire de Strasbourg et au Président de l’Eurométropole pour qu’un drame n’arrive pas.

Qu’un chantier soit dérangeant, nous voulons bien le croire, et ce n’est pas facile d’opérer de gros chantiers comme celui en cours devant LANA. Mais c’est justement le moment où les piétons, cyclistes et personnes handicapées doivent être pris en compte prioritairement, car ce sont les plus fragiles sur l’espace urbain. 

Ce chantier est une catastrophe.

Les résidents de la maison Oberkich ont pour habitude d’être autonomes. Nous avons assisté à une scène hallucinante où une personne en fauteuil roulant a dû faire appel à un piéton pour traverser la rue de la Papeterie. Tout d’abord le tuyau rouge est un énorme obstacle pour les fauteuils, enfin le manque de visibilité est flagrant : ni le piéton, ni les voitures venant de la rue de la Papeterie ne peuvent voir avec le camion qui gène. 

Piétons, cyclistes, personnes âgées : la seule solution, serrer les fesses !

La traversée de la route de la Wantzenau se révèle tout aussi périlleuse. Il n’y a plus de feux tricolores pour  vous aider à traverser, mais en plus le passage est étroit. Vous devez passer entre deux immenses engins de chantier, et ne comptez pas sur les véhicules venant de la route de la Wantzenau pour vous laisser passer… ils ignorent votre présence. Imaginez votre grand-mère ou grand-père traverser ici… que diriez-vous ? 

Les cyclistes toujours à terre

Alors que c’est justement le moment d’encore plus les protéger, les responsables du chantier ne trouvent rien de mieux que de mettre les cyclistes à terre. Si vous avez réussi les épreuves précédentes. 

Le Blog de la Robertsau, devant un chantier aussi dangereux, a décidé d’écrire au Maire de Strasbourg ainsi qu’au Président de l’Eurométropole avant qu’un drame ne survienne.

Monsieur le Maire,
Monsieur le Président,

l’actuel chantier de rénovation des réseaux au carrefour de la rue de la Papeterie et de rue de l’Ill met en danger tous les utilisateurs des transports doux, particulièrement les personnes handicapées de la maison Oberkirch voisine.

Sur les photos jointes vous pourrez constater qu’une personne en fauteuil roulant doit faire appel à un piéton pour l’aider à traverser en toute sécurité : aucune visibilité, feux tricolores décalés et tuyau rouge très difficile à passer pour un fauteuil roulant. Terrible.

De l’autre côté, pour la traversée rue de la Papeterie – rue de l’Ill, l’espace laissé aux piétons et cyclistes est non seulement étroit, mais particulièrement dangereux : aucune visibilité, obstacles et camions trop proches, d’autant que les voitures qui viennent de la route de la Wantzenau n’ont aucune contrainte et ne laissent passer personne.

Enfin, comme d’habitude, il est plus facile de poser un panneau « cyclistes pied-à-terre » que de proposer un circuit sécurisé pour les vélos. Les voitures passent pourtant sans problème. Est-ce trop demander dans la ville « numéro 1 du vélo » de justement protéger les cyclistes lors de chantiers au moment où ils en ont le plus besoin?

Alors que le chantier de rénovation de la rue de l’Ill va commencer et va durer 4 mois, il est particulièrement inquiétant de constater que la Ville et l’Eurométropole créent les conditions d’insécurité pour les piétons, les cyclistes et les personnes handicapées.

Aussi, je vous demande, Messieurs le Maire et Président, de prendre en pleine conscience des dangers que ce chantier implique : les mesures nécessaires pour régler ce grave problème.

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Il est plus qu’affligeant qu’en 2018, alors que l’on est capable d’envoyer des hommes sur la lune, que l’on ne puisse pas gérer un chantier intelligemment. À moins qu’il ne s’agisse d’un aveu : Strasbourg est une ville faite d’abord pour la voiture. 

Lettre d’information

Suivez-nous sur Instagram

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité