Géothermie profonde : un amendement pour quoi faire ?

Géothermie profonde : un amendement pour quoi faire ?

Porté par Vincent THIEBAUT, le député de la 9° circonscription du Bas-Rhin, un amendement à la loi Climat et résilience souhaite mieux encadrer la géothermie profonde. Vraiment ?

Publicité

Les députés, à l’initiative de Vincent Thiébaut ont rajouté un amendement à la loi Climat et résilience pour approfondir (sans jeux de mots) la connaissance du sous sol avant un forage géothermique. Pour les députés :

Cet amendement vise à renforcer au moment des travaux de recherche et d’exploitation de géothermie – en amont, pendant et en aval des travaux – la connaissance de la géologie du sous-sol : il s’agit de comprendre et prendre en compte les phénomènes naturels, notamment sismiques, susceptibles d’être activés par les travaux. Un amendement Antoine Herth, Thierry Michels, Bruno Studer, Vincent Thiébaut et Sylvain Waserman, députés du Bas-Rhin de la majorité présidentielle, se félicitent de l’adoption de l’amendement n° 5724, ce vendredi 9 avril 2021, lors de l’examen en séance publique du projet de loi Climat et Résilience.

L’amendement dit : 

Les demandes d’autorisation d’ouverture de travaux de recherches ou d’exploitation sont accompagnées d’un mémoire précisant les mesures déjà mises en œuvre et celles envisagées pour connaître la géologie du sous-sol impacté par les travaux et comprendre les phénomènes naturels notamment sismiques susceptibles d’être activés par les travaux afin de minimiser leur probabilité et leur intensité en vue de protéger les intérêts mentionnés à l’article L. 161-1.

Le député rajoute : 

Locale, renouvelable, disponible à tout moment, propre, non polluante et peu coûteuse, l’énergie géothermique s’impose aujourd’hui comme une véritable option du développement durable, une écotechnologie en devenir. Le but de cet amendement est de garantir une meilleure sécurité pour l’environnement et pour les citoyens.

Mieux connaitre le sous-sol est une bonne chose et plus de surveillance ne peut pas faire de mal, mais il faut voir les décrets d’applications et surtout les sanctions en cas de non-respect, s’il y en a.

Aujourd’hui, les scientifiques ont beaucoup de mal à connaitre la réalité précise d’un sol, et on peut en savoir plus qu’en creusant, donc en faisant un forage…. on frise le paradoxe spatio-temporel. Ne vaut-il pas mieux alors encadrer la surveillance d’un forage ?  Et comme le dit Jean-Daniel Braun de l’ADIR

Mais ce rapport (Voir MIE) montre sans ambiguïtés qu’à défaut d’une connaissance détaillée du sous-sol, la réalisation d’un projet de géothermie profonde, sans provoquer de séismes, est plus qu’aléatoire et pointe de ce fait les responsabilités des divers intervenants. La technique de la géothermie profonde semble pouvoir être développée si les moyens les plus modernes sont utilisés pour connaître, au préalable puis au cours des forages, le modèle géologique rencontré. Mais tout a un coût, compatible ou pas avec la viabilité du projet ?

 

L’Assemblée Nationale

 

Lettre d’information

Commentaires

La Robertsau en image

Podcast de la Robertsau

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité