Foyer Saint Louis : c’est voté. L’opposition tristement pas à la hauteur.

Foyer Saint Louis : c’est voté. L’opposition tristement pas à la hauteur.

Ca y est. L’affaire du foyer Saint-Louis est définitivement close, le conseil municipal de Strasbourg a voté pour sauvegarder le cœur de la Robertsau malgré une opposition désespérante incapable de prendre la mesure du vote.

Publicité

Ce sera certainement l’un de nos derniers articles sur l’affaire du foyer Saint-Louis qui a rythmé la vie du Blog de la Robertsau depuis 10 ans et celle des Robertsauviens.  Le 21 mars dernier, le Conseil municipal de Strasbourg a voté en faveur du plan de sortie proposé par Marc Hoffsess, élu référent Robertsau-Wacken. (voir notre article – Foyer Saint Louis – Cœur de la Robertsau : victoire pour la mobilisation des citoyens !)

Mesure-t-on bien l’importance de ce vote ? Il s’agit de l’aboutissement de 10 ans de mobilisations de citoyens pour sauver leur cœur de quartier et empêcher un bétonnage en règle ainsi qu’une vente à la découpe des bâtiments historiques de la Robertsau (119 et mairie de quartier). Ce combat a été animé principalement par le collectif « Un cœur pour la Robertsau », puis par l’ADIR pour les 7 recours juridiques contre (excusez du peu) : Ville de Strasbourg, archevêché, paroisse Saint-Louis, préfecture et promoteurs. Originalité du collectif, il était transpartisan, preuve que le combat pour le cœur du quartier était au-dessus des convictions des uns et des autres. 

Ce n’est pas sans une certaine émotion que Marc Hoffsess ancien membre du collectif « Un cœur pour la Robertsau » et aujourd’hui adjoint à la Maire de Strasbourg et élu réfèrent au quartier Robertsau – Wacken a pris la parole avant le vote du conseil municipal. 

Une opposition au ras des pâquerettes

Nous finissions notre article du 21 mars dernier par ces mots : « On regardera d’ailleurs avec attention les réactions des élus de l’opposition au conseil municipal de ce jour… sauront-ils reconnaître que l’équipe actuelle a fait du bon boulot pour la Robertsau ? « . Nous avons notre réponse aujourd’hui, et c’est non.

Il faut quand même, de temps en temps, laisser de côté les polémiques , les jeux politiques et savoir prendre de la hauteur. Et, franchement, la résolution de l’affaire du Foyer en était l’occasion. Apparemment c’est impossible pour les deux représentants des groupes d’opposition qui ont pris la parole, Jean-Philippe Vetter et Pierre Jackubowitz, totalement tétanisés à l’idée de dire du bien de cette équipe. C’est presque un camouflet pour les citoyens qui se sont battus pendant 10 ans…

Une minute seulement après avoir salué « une bonne nouvelle », Jean-Philippe Vetter a choisi de partir dans une critique sévère du PLUi pendant les 5 minutes suivant, accusant de bétonner toute la Robertsau (on y revient quelques lignes plus bas) au motif du déplacement du projet Avant-garde de la cour du foyer à la rue Mélanie.  Outre que l’ancien candidat à la mairie de Strasbourg à « la joie express », il s’est montré incapable, pour une fois, de laisser les polémiques de côté. D’autant que sur le sujet, il n’est pas exempt de critiques. 

Jean-Philippe Vetter brandit les résultats du vote du PLUi de l’Eurométropole… sur lequel il s’est abstenu. (Capture d’écran Strasbourg.eu)

Quand l’ancienne municipalité a proposé de vendre et donc de construire la cour du foyer (Conseil du 29 avril 2019 – point 7), Jean-Philippe Vetter n’a pas voté contre, mais il s’est abstenu (voir Foyer Saint-Louis : On achève bien la Robertsau…) L’abstention c’est « Ne pas se prononcer, ne pas intervenir dans une action (définition Larousse). C’est donc que bétonner le cœur de la Robertsau, vendre le 119 rue Boecklin, la mairie de quartier lui était totalement indifférent. 

Il a ensuite brandi les résultats du vote du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de l’Eurométropole du 16 décembre 2016 (élaboré à l’époque par Yves Bur sous l’autorité du président Robert Herrmann) en reprochant à l’époque le vote de la Maire de Strasbourg… et en passant sous silence son abstention et le « pour » d’ Alain Fontanel (auquel il s’était rallié au second tour des élections municipales de 2020). 

Enfin, peut-on vraiment croire que Jean-Philippe Vetter ne savait pas que seuls l’ADIR et le collectif « un cœur pour la Robertsau » sont allés au charbon dans les recours juridiques pour sauver le cœur du quartier ? Il a pourtant cité l’ASSER et le Carsan dans les associations mobilisées… la première est sagement restée à la maison se contentant de mots, tandis que le Carsan n’a jamais parlé du sujet. Un pieux mensonge efficace qui, grâce à la paresse de la presse, s’est retrouvé le lendemain dans les DNA

Pierre Jackubowitz passe lui aussi très rapidement sur la résolution d’un conflit pour finalement « regretter… » . On vous laisse juge du niveau de la hauteur de vue.

Adopté presque à l’unanimité

Le point 20 a été adopté par tous les conseillers municipaux présents sauf Isabelle Meyer qui s’est abstenue (on lui a envoyé un courriel pour savoir pourquoi, nous n’avons toujours pas de réponse).  Une belle sortie pour le cœur de la Robertsau. Maintenant place aux projets pour les Robertsauviens… c’est qu’il aurait fallu faire dès le début.

La vidéo complète de la délibération.

 

La Robertsau en image

Archives

abonnez-vous à nos chaines
Youtube Blog de la Robertsau
Dailymotion Blog de la Robertsau
Publicité
Publicité